ACCEDER A UNE INFORMATION SUR generation ondes et  également soutenir la presse papier

le fil de plume démontre une expression indépendante dans certains cas

Recharger le signe par ses lettres de noblesse

monde_diplo
ojim1a
LIREpresse2
leunhebdo02c1
nage06
virusInfoe
NexusnD04
nage06
PHILOSOPHIEc1
LEMONDEDESMEDIASc1
nage06
CHARLIEc1
LIREpresse
virusInfobc1
LECANARDc1
lademocratietousse
DECROISSANCEc1
INFOBESITE
LIREpresse2

L'EXCES EN TOUT EST UN DEFAUT

ne plus consommer de l'information entropique, mais, considérer la communication

AFFICHAGE
VEUILLEZ PATIENTER

 

 

Merci

 

Terminé

modification du frontispice le :

Communiqué de l'association AFRAV

Notre association a attaqué l'État contre les marques à connotation anglaise “Choose France”, “La French Tech”, “Next 40”, “Health Data Hub” et “French Impact”.

Elle a attaqué l'État en vertu

du Titre 1er - Article 2,

1er alinéa de la Constitution française

qui dit que la langue de la République est le français et en vertu de l'article 14 de la loi Toubon qui dit que l'emploi d'une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d'une expression ou d'un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public […].

Le procès groupé de ces affaires aura lieu le jeudi 22 septembre 2022 à 10h30, dans la salle 2 du Tribunal administratif de Paris situé au 7 rue de Jouy. R. RAVAT Président

Un cas d’école : les bracelets connectés

des collégiens de la Sarthe

Dès la rentrée de septembre 2022, tous les élèves de 6ème des 75 collèges de la Sarthe vont être chacun dotés d’un bracelet connecté. Ce dernier collectera diverses données concernant leur activité physique (nombre de pas par jour, rythme cardiaque, température…). Ils le garderont durant les quatre ans de leur scolarité au collège. Il est prévu également que l’ensemble des 30.000 collégiens sarthois soient progressivement dotés de ce bracelet.../...les jeunes passent trop de temps sur des écrans ;

pour remédier à cela, on leur donne un écran de plus. LIRE

Apprendre à vivre autrement, quitter le virtuel pour revenir au réel. Il n’y a plus d’échappatoire au problème climatique.

Le passage à une économie dé-carbonée nous oblige à repenser nos modes de vie. Cette transformation en profondeur nécessite une planification écologique qui s’apparente à une économie de guerre. Plus de 40% de la nouvelle génération se dit préoccupée voire angoissée par cette question et ce n’est pas dans les énergies dites renouvelables que se trouve la solution. LIRE

Il est nécessaire d’échapper aux généralités. En effet on confond deux choses : l’existence indiscutable d’un système dont l’évolution a permis des dérives puis engendré des prédateurs et d’autre part une volonté consciente, organisée, concertée qui conçoit, planifie et réalise un plan. Cependant, il s’est mis en place un monde de plus en plus abstrait, globalisé et accéléré. LIRE

La logique du système totalitaire

Nous sommes encore et toujours dans les arguties classiques et récurrentes de la fabrique du déni et du doute, qui permettent à l’industrie du numérique de gagner du temps et de l’argent, en s’appuyant sur une science falsifiée et dopée aux biais de protocoles.
En fait, nous assistons à l’avènement d’une logique inversée ce ne sont pas les émissions électromagnétiques qui sont potentiellement nocives pour les êtres vivants, mais les êtres vivants qui sont dangereux pour la bonne marche de la téléphonie mobile. Donc, que la vie se taise et que le monde-machine continue de fonctionner et de croître en toute tranquillité ! Nous sommes là dans ce que Hannah Arendt appelait « une logique de la déraison ».

Jusques à quand ?
https://www.robindestoits.org/Affaire-des-antennes-relais-de-Mazeyrat-d-Allier%C2%A0-le-Conseil-d-Etat-a-tranche-au-detriment-de-l-eleveur-et-de-son_a3167.html

Quand les parents démissionnent le libraire tente de sauver la culture. Montrer des petits manuels de survie dans ce milieu numérique filtré et orienté. Le livre nous emporte vers où l’inconscient nous mène. La terre inconnue est dans les pages que l’on tourne.

un livresansbatterie.jpg

Le Collectif C.O.U.R.R.I.E.L.

La langue de Molière et de Racine, de Descartes et de Pascal, de Diderot et de Rousseau,

de V. Hugo et de Rimbaud, de Proust et d’Aragon, de Jeanne d’Arc et de Louise Michel, de Prévert et de Brassens, de Lavoisier et de Langevin, de Piaget et de Lacan, d’Aimé Césaire et de Mouloud Feraoun, la langue dans laquelle furent écrits le Discours de la méthode et la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, la langue native de la Marseillaise et de L’Internationale, la langue française est en danger. LIRE

"La France est digitale..//…. Elle crée, développe et transforme le monde par ses innovations"…//… "Accélérons la transformation de notre modèle économique". Vraiment ?

 

Monsieur le président, dans les licornes valorisées à plus d'un milliard, (entreprises qui dominent le monde de la tech), il y en a une qui sait faire pleuvoir pour éviter aux arbres de mourir ?

Une qui sait faire revenir les espèces disparues ? Une qui sait éviter les migrations que l'Europe va voir arriver de manière croissante à cause du stress alimentaire que le changement climatique va augmenter ?

Une qui sait obliger les élus à comprendre la physique :) ?

Il est peu probable que mes enfants connaissent la souffrance à cause d'un défaut de 5G ou de licornes à un milliard.

Il me semble que nous avons quelques petits sujets plus urgents sur lesquels mobiliser nos moyens...

Jean-Marc JANCOVICI. Président du Shift Project

Effrayant. La pratique médicinale devant un écran.

L’hôpital français était un des meilleurs au monde. A présent le système de santé français est brisé. À l’hôpital Cochin 30 % des salles d’urologie sont fermées. On reporte des opérations, ce qui peut être dangereux.

La France dépense 11,3 % du PIB pour la santé mais les répartit mal (trop de dépenses administratives — nos infirmières passent 4 heures par jour devant un écran –, les deux tiers des prestations médicales à l’hôpital ne sont pas payées).

Le pass sanitaire est toujours obligatoire pour être soigné à l’hôpital, or les frais de contrôle coûtent 60 millions d’euros  par mois.

« Le pass sanitaire et le confinement sont des mesures inimaginables au 21e siècle. Elles sont anti-déontologiques et coûteuses. Ce qui m'a marqué, c'est que beaucoup de médecins aient poussé à la mise en place de ces mesures liberticides et inefficaces. »

Pr Michaël Peyromaure

Le lundi 9 mai 2022, le tribunal de Mâcon vient de débouter 104 plaignants dans l’affaire qui les oppose à Enedis au sujet des compteurs Linky, les condamnant à verser 5000 Euros à Enedis pour ses frais de justice (comme chacun sait, Enedis a du mal à boucler ses fins de mois, comme 12 millions de foyers français)

    

    D’après la presse:

https://www.francesoir.fr/afp-afp-france/une-centaine-dopposants-aux-compteurs-linky-deboutes

Mais aussi (article datant du 7 mars):

https://www.capital.fr/conso/linky-ils-se-mobilisent-contre-la-surtaxe-imposee-aux-recalcitrants-1430375

    Je reformule le contenu de ces articles: dans cette affaire les plaignants revendiquent le droit au refus du compteur Linky, pour les compteurs situés à l’extérieur, dans la continuité du jugement en appel du 17 novembre 2020 de Bordeaux qui a reconnu ce droit pour les compteurs situés à l’intérieur du logement.

    Question: les journalistes qui ont écrit ces articles ont-ils fait l’effort de s’informer et de vérifier leurs sources, au lieu de prendre pour argent comptant et de copier/coller certaines  dépêches des agences de presse? D’abord, parmi  les 13 plaignants électrohypersensibles qui ont eu partiellement gain de cause en appel à Bordeaux, certains  avaient leur compteur à l’extérieur ou sur le palier de leur immeuble; par ailleurs, Enedis n’a pas été condamnée à leur remettre un compteur classique, mais à dépolluer leur électricité; les quelques 200 autres plaignants non EHS  eux, ont été déboutés, comme à Mâcon.

Donc victoire pour les compteurs intérieurs à Bordeaux versus défaite pour les compteurs extérieurs à Mâcon, dixit la presse, c’est juste une ânerie!

    La loi de Transition Énergétique du 27 août 2015, précise l’obligation pour Enedis de déployer des compteurs communicants (sans préciser qu’il s’agit de Linky) en France, sous peine de pénalité si moins de 80% des usagers n’en sont pas équipés d’ici fin 2021.

Mais rien n’est précisé pour les usagers, qui sont donc dans une totale légalité pour le refuser.

Le décodeur de l'information média de l'ANRdT

le cocon numérique 

 « Cette conception de la liberté nous pousse à vouloir nous affranchir de notre condition terrestre. En pratique, le désir de délivrance est d’abord celui d’être exonéré du travail de la terre (le labeur lié au labour). Ce désir caractérise presque toutes les classes dominantes. À l’époque moderne, il a conduit à identifier la liberté au mode de vie urbain basé sur l’argent — lequel permet de mener, comme le disait le théoricien allemand de la ville et de l’argent Georg Simmel, une « existence quasi abstraite » dans les métropoles, c’est-à-dire une vie libérée de toute activité de subsistance. Depuis les années 1950, cette idée alimente aussi la conquête spatiale, censée nous délivrer de la prison terrestre.(…) La liberté comme délivrance s’est imposée contre d’autres aspirations, portées par les classes populaires. Quand on examine la texture de leur mode de vie ou les luttes qu’elles ont pu mener, on voit qu’elles ne se battaient pas pour être déchargées des nécessités de la vie, mais pour accéder aux ressources permettant de les prendre en charge elles-mêmes : la terre, les forêts, les sources, etc. On retrouve des luttes de ce genre partout et à toutes les époques, au XIXe siècle en France, avec la « guerre des Demoiselles » en Ariège, aujourd’hui dans ce qu’on appelle l’écologisme des pauvres ou dans la lutte des femmes Chipko en Inde contre la déforestation (…) Beaucoup de gens cherchent à se constituer une oasis à l’abri du bruit et de la fureur du monde. Mais c’est une illusion. On sera toujours rattrapé par la pollution ou le chaos climatique. Il faut donc croiser le fer avec les logiques industrielles. On ne réussira pas à construire des formes de vie satisfaisantes si l’on n’est pas capable de saboter la méga-machine capitaliste qui saccage les conditions de vie de la plupart des êtres vivants sur cette planète. C’est ce que tentent de faire celles et ceux qui détruisent des antennes 5G, des pipelines ou des SUV. Mais pour déboulonner la méga-machine, il faut aussi nous émanciper de l’imaginaire qui l’alimente. »

« Nous vivons de plus en plus dans un cocon numérique » Aurélien Berlan. Reporterre https://reporterre.net/Nous-vivons-de-plus-en-plus-dans-un-cocon-numerique

L’écologie planétaire nécessite une réduction importante des activités productrices, et la suppression de celles qui dopent l’économie, (710M$ publicité mondiale 2021) or le capital et les gouvernements ne veulent pas ralentir, pensent en terme de productivité et même augmentent la durée d’activité des d’humains avant leur retraite, quand le revenu du capital est peu taxé, or cette économie est incompatible et déconnectée de toute écologie. La démocratie est divisée entre ceux qui ne croient plus en la politique, ceux qui choisissent les extrêmes et ceux qui gardent un système peu écologique, mais bon pour eux. JP.Rougier

Après le passeport sanitaire, le passeport vert ? Avec France Connect on s'achemine vers le crédit social à la chinoise. Le 26 avril 2022, J. Castex et G. Darmanin ont signé un texte qui autorise la création d'un nouveau système baptisé Service de garantie de l'identité numérique (SGIN). Créer une application mobile en vue de scanner les informations de la nouvelle carte d'identité biométrique, utilisée pour se connecter à des services publics ou privés. Ce projet, épinglé par la CNIL auparavant, (surveillance généralisée), revient cette fois-ci, avec la puce NFC, présente sur les téléphones portables.

Loi Waserman : la voix des lanceurs d’alerte et des associations a été entendue.

Après d’intenses discussions parlementaires, l’Assemblée nationale et le Sénat se sont mis d’accord ce 1er février sur un texte de loi transposant la directive du 23 octobre 2019 renforçant la protection des lanceurs d’alerte. Le texte, porté par le député Sylvain Waserman, va renforcer leur protection, en permettant entre autres d’accorder aux lanceurs d’alerte et aux associations qui les accompagnent une provision pour frais de justice en cas de poursuite abusive et des possibilités élargies d’immunité pénale. LIRE

La Technostructure Écologique

Le progrès humain survient lorsqu’une évolution technique apporte plus de bénéfices et moins de risques. Chaque nouveauté technologique n’est pas d’emblée un progrès pour le vivant. Une notion qui échappe à la raison des humains dans ce monde connecté.

Dans l’univers agricole émergeant, « le biotope des animaux humains est transformé en techno-tope pour techn-anthropes ». Numérique, robotique, génétique assurent la    « production d’ingrédients innovants » pour satisfaire « les besoins nutritionnels en fonction du génome ou du microbiote ».
S’il veut survivre (et disposer des aides de la PAC), l’agriculteur d’aujourd’hui doit s’adapter à ce nouveau monde ultra-connecté. Il s’agit d’économiser les sols au profit de fermes verticales « connectées au Cloud et pilotées par l’Intelligence Artificielle ». Sur ces sols fertiles sont construites des usines pour produire les puces électroniques (pour les salades « bio » du futur), comme en Isère, en dépensant plus d’eau que tous les maraîchers du département. Si, au départ, la machine épargne de la peine au paysan, elle finit par se retourner contre lui.
Maintenant « c’est la Machine qui sait. Elle calcule, décide, agit plus vite qu’eux.

Les cyber-exploitants agricoles ont choisi l’autonomie des engins contre celle des humains ».
C’est la fin des libertés individuelles face au contrôle de plus en plus renforcé des pratiques agricoles ... Plutôt que de laisser l’agriculture aux mains de quelques « agrobusinessmen », encouragez l’installation de ... paysans.nes qui prendront soin de leurs cultures, de la terre, de nos papilles, de notre santé ! Lire

DU REVE AU CAUCHEMAR

Nul humain Tapez 5 pour vous renseigner, vous conseiller, vous engueuler, ou même plaisanter. Entrez votre identifiant.        Ça ne va pas s’arranger avec                      « FranceConnect+ »          , qui s’élargit aux services bancaires ou au dossier médical partagé.
Les procédures ne sont pas plus simples – génie administratif français oblige – elles sont plus compliquées et déshumanisées.
« L’État plateforme » est le poste de pilotage centralisé de la smart city. LIRE

Recours contre le rapport 5G : l’ANSES pratique la stratégie du silence

Le 14 mai dernier, nos cinq associations -Robin des toits, Alerte Phonegate , European Cancer and Environment Research Institute (« ECERI »), le Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Électro Magnétiques non ionisants (« CRIIREM ») et Environmental Health Trust (« EHT »), ont adressé un recours gracieux auprès de l’ANSES contestant LIRE

L'Urgence Climatique.

A la veille des élections législatives l'association Agir pour l’Environnement mène une campagne de mobilisation citoyenne et a établi un classement des députés les plus engagés pour la protection de l'environnement. Delphine Batho (non inscrit) génération Ecologie arrive en tête suivi par les députés du groupe socialiste, de la France Insoumise, d'agir ensemble et de la gauche démocrate et Républicaine.  La nouvelle ministre de la Transition Ecologique, Amélie de Montchalin,  apparaît dans ce classement en 595è position sur 648.

source Agir pour l'Environnement

Que va devenir la Démocratie !

Une élection présidentielle est une période d'exception. Les citoyens désorientés survivent sous le poids de la crise sanitaire depuis 2020 et le choc de la guerre en Europe en 2022. Les préoccupations nationales semblent passer au second plan pour certains. Nos gouvernants se sont détournés du désarroi de nombre de personnes souhaitant faire entendre leurs voix sur la scène sociale. Les données du GIEC et de bien d'autres scientifiques prédisent un désordre climatique d'une envergure jamais atteinte dans l'histoire de l'humanité. Nous savons désormais qu'aucune solution technologique n'est à même de résoudre cette catastrophe annoncée. Avec le développement du GAFAM il faut s'interroger sur l'avenir des Républiques Démocratiques ou désignées comme telle. Ces plates-formes ont une "puissance de feu" bien supérieure à la plupart des Etats-Nations sur la scène médiatique. Au plan International comme au plan National ces entreprises se sont arrogé la vulgarisation de l'information  sous une forme navrante et déplorable qui attire et déploie un rideau de fumée devant les mécontentements tels que la baisse du pouvoir d'achat, le sentiment d'insécurité ou l'effondrement de l'éducation, pour ne citer que ces leitmotivs. Rappelons concernant cette crise sanitaire que depuis 2017 plus de 18000 lits d'hôpitaux ont été supprimé, que 15000 soignants sont quasiment en mort professionnelle, que faute de personnel,  travaillant dans des conditions épouvantables, des milliers de Français n'ont pas pu être soigné tant sur le plan physique que psychique. Il serait temps que les dirigeants retournent aux académies de la sagesse, de la philosophie et de l'histoire pour apprendre à composer avec le peuple. Après l'hiver, vient le printemps dit-on. En attendant des jours meilleurs, continuons d'observer le vendredi après-midi une minute de silence sur la tombe de l'hôpital public.  G.O

:On ne pourra plus, désormais, aller se promener à sa guise dans les calanques, il faudra au préalable obtenir un QR code de l’administration du Parc.
On peut aussi la détailler : la technocratie dirigeante organise "l’attractivité du territoire", le TGV arrive à Marseille, 100 millions de touristes visitent la France chaque année et pourquoi voudriez-vous qu’une partie d’entre eux ne transforme pas les calanques en dépôt d’ordures, ravagé de temps à autre par un incendie. Ayant organisé la catastrophe, il ne reste plus qu’à organiser le Parc pour en gérer les nuisances. D’où le recours au QR code Lire

Alors que les fournisseurs d’accès et les industriels communiquent déjà sur l’absolue nécessité des futurs objets connectés liés à cette technologie énergivore, plus de 500 scientifiques appellent les citoyens à dire «non» à tous les produits liés de près ou de loin à la 5G et son monde.
par Sylvia Becerra, Guillaume Carbou, Julian Carrey, Mickaël Coriat, Adeline Grand-Clément, Steve Hagimont, Laurence Huc, Jean-Michel Hupé, Béatrice Roure, Laure Teulières et Laure Vieu, L'atelier d'écologie politique (Atécopol).
Ça y est, la 5G, c’est parti. Les fournisseurs d’accès jouent à celui qui a la plus grosse couverture et le plus grand panneau de pub. On nous vend déjà les casques de réalité virtuelle 5G pour regarder le sport, les visites virtuelles de musées pour nos enfants et les après-midi entre amis dans des parcs au soleil pour... regarder des séries TV sur nos smartphones. On veut nous persuader que la balance ou la poubelle connectée font partie des objets indispensables, préparant un nouvel «Internet des objets» qui s’appuiera sur la 5G. A celles et ceux qui réclamaient un moratoire tant que les risques de la 5G pour la santé n’avaient pas été évalués, l’Agence nationale sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses) vient d’annoncer qu’il n’y a «pas de risques nouveaux pour la santé au vu des données disponibles» Son rapport indique pourtant que les études n’ont pas été menées sur les nouvelles fréquences utilisées par la 5G, et qu’il n’est guère possible d’extrapoler les résultats obtenus avec les technologies précédentes. L’incertitude demeure, donc, en matière de risque sanitaire, mais le déploiement continue.
On se sera donc assis sur les recommandations du Haut Conseil pour le climat, sur la demande de moratoire émanant de la Convention citoyenne pour le climat, sur l’avis de plusieurs scientifiques s’étant exprimés sur le sujet, et tout simplement sur le bon sens : à l’heure où il nous reste sept ans de budget carbone pour rester en dessous de 1,5°C de réchauffement climatique. Il paraît tout à fait déraisonnable de déployer une technologie énergivore, prédatrice en ressources naturelles et humaines, ne répondant à aucun de nos besoins fondamentaux – loin s’en faut – et par ailleurs, dangereuse pour nos données personnelles.

Les élus chantonnent la bouche en cœur : la vidéosurveillance a pour seul but de s'attaquer    « aux incivilités » et n'a pas vocation à être utilisée à des fins de répression politique. Cette antienne ne résiste pas aux faits. Après deux manifestations pour la défense des services publics à Millau en mai 2020, quarante personnes reçoivent des amendes à distance. Le commandant de police confirme que « la vidéo-protection est un des moyens que nous avons utilisé pour procéder à
l’identification de ces personnes ». L'officier du ministère public refuse de prendre en compte la contestation des amendes, provoquant des saisies sur compte jusqu'à 1000 euros, lançant ainsi une guérilla judiciaire. Benoît des « Amendés de mai »
m'explique que « c'est quand même assez fou dans notre société que des accusés soient obligés de demander pour passer au tribunal ! (...) Pour mon cas, je n'y étais pas à cette manif mais j'ai été verbalisé parce que j'ai été faire mon marché. Ils m'ont vu en même temps, parce que fatalement c'est des copains, je m'arrête pour dire bonjour, mais je ne manifestais pas ce jour là. Pour la première manif la vidéosurveillance à jouée car un des participants, dans le procès verbal, il est dit
qu'il a été reconnu via la vidéosurveillance, mais pour minimiser l'implication de cette vidéo, ils disent que c'est des agents de police qui nous avaient reconnu sur le terrain. Sur le procès verbal, l'amende que l'on reçoit, on a tous la même heure,
20h07, c'est à dire que l'on est passé devant la caméra lorsque l'on est parti en cortège depuis le Mandarous (...) Il y' a des choses qui ont été dîtes dans les procès verbaux et qui sont inacceptables, on qualifie des gens qui manifestent dans la rue en disant qu'ils sont connus des services de police et d'ultra gauche. On a joint en photo la profession de foi de la liste d'Alternative Écologique et  anticapitaliste qui n'avait rien à voir avec la manifestation. C'est à dire que même dans le procès verbal il y'a des gens qui se retrouvent en photo alors qu'ils étaient même pas dans la
manifestation. En fait c'était plutôt un truc à charge politique. C'était vraiment pour trouver de la substance pour le dossier pour dire « attention c'est les dangereux ultra-gauchistes du sud Aveyron qui sont dans la rue » et en justifiant que dedans il y'a des gens qui étaient dans la liste Alternative Écologique et anticapitaliste aux
municipales de Millau (...) ».
Daniel précise que dans le procès verbal un amendé est qualifié de « personne connue de nos services pour être sur la liste Alternative Écologique et Anticapitaliste lors des élections municipales de mars 2020 ».
Les caméras ont donc servi pour ficher et sanctionner politiquement des manifestants. Le 24 mars 2022, Les Amendés de mai ont gagné leur procès.

https://ccaves.org/blog/wp-content/uploads/24novcommunique-pour-la-plainte.pdf
https://www.ladepeche.fr/2021/05/20/cameras-de-surveillance-a-foix-le-projet-suscite-de-fortes-oppositions-9556847.php7

La déclivité débute en 1980. A suivre sur ARTE

Le pass ne passe plus

 Une nouvelle positive pour les soignants suspendus pendant un congé maladie

Après l'introduction d'un pourvoi devant le Conseil d'État (contre une décision de rejet du Tribunal administratif de Bordeaux que nous avions saisi en référé), le CHU de Bordeaux vient de plier en annulant, cinq mois après l'avoir prise, sa propre décision par laquelle il avait suspendu un agent pendant un congé maladie pour non-présentation d'un schéma “vaccinal” complet contre la Covid-19.

Le fonctionnaire concerné va rétroactivement percevoir les rémunérations que le CHU avait cessé de lui verser.

comuniqué SARL LEXPRECIA

Moins de deux mois après sa mise en place, il est temps de mettre un terme au passe vaccinal, c’est la proposition principale de la commission d’enquête du Sénat sur l’adéquation de cet outil à la situation épidémique. Les rapporteurs, Chantal Deseyne (LR), Olivier Henno (centriste) Michelle Meunier (PS) et la présidente de la commission des affaires sociales du Sénat, Catherine Deroche élus regrettent également « la succession d’annonces parfois contradictoires » du gouvernement " qui a contribué à brouiller le message adressé à la population ". Dans leur viseur, l’annonce avant même l’entrée en vigueur du passe vaccinal le 24 janvier, de la fin des jauges dans les établissements recevant du public, le 2 février, ou encore la réouverture des discothèques, le 16 février. " Aucune étude ou évaluation ne permet de mesurer l’effet réel du passe vaccinal sur les évolutions (de l’épidémie) ". " La commission d’enquête qualifie le passe vaccinal de « gadget »  qui a paru servir de justification au relâchement des réflexes prophylactiques ".

Passe vaccinal : le Sénat lance officiellement une commission d’enquête

Le pouvoir, qui évoque sans cesse sa défense de la république, a durant ces 5 années, cherché à contourner les fondements historiques de notre république, particulièrement les lois telles que

- la liberté d’association, de 1901.

-la liberté de la presse et de la liberté d’expression, de 1881. Pour les grands médias, le pouvoir se contente du contrôle économique par ses amis et sponsors. LIRE

Si c'est gratuit c'est vous le produit

Concernant les messageries telles que "gmail" qui est offerte certes, comment le consortium google obtient sa rétribution. Cette messagerie analyse les courriels de ses utilisateurs, enregistre et catégorise les détails des messages, afin de fournir de la publicité ciblée pour annonceurs et partenaires. Sachez écrire de façon abscons mais compréhensible par un humain. A propos des google groups, pour ne citer qu'eux, (échange  de courriels en groupes), il y  est pratiqué une restriction de la liberté de communiquer pour le prétexte de davantage de sécurité. La fin de la neutralité du Net a ouvert depuis quelques années une ère de discrimination de classe. Et pourtant L’accès à Internet doit être un droit social fondamental, librement accessible à tous, sans l’intervention d'entreprises ou d'états.LIRE

« Vous pouvez dire : je suis pessimiste, rien ne va marcher, je renonce, et je garantis ainsi que le pire va advenir. Ou vous pouvez vous saisir des possibilités qui existent, des rayons d’espoir, et dire que peut-être on va construire un monde meilleur. En fait, ce n’est pas vraiment un choix. » LIRE

Dans sa délibération 2022-64 du 24 février 2022, la CRE redéfinit les conditions pratiques et
tarifaires de la relève des consommations pour les clients sans Linky (on notera que le terme
" usager " est définitivement remplacé par celui de