ACCEDER A UNE INFORMATION SUR generation ondes mais  également soutenir la presse papier

le fil de plume démontre une expression indépendante dans certains cas

Recharger le signe par ses lettres de noblesse

LIREpresse2
leunhebdo02c1
nage06
virusInfoe
NexusnD04
nage06
PHILOSOPHIEc1
LEMONDEDESMEDIASc1
nage06
CHARLIEc1
LIREpresse
virusInfobc1
LECANARDc1
lademocratietousse
DECROISSANCEc1
INFOBESITE
LIREpresse2

L'EXCES EN TOUT EST UN DEFAUT

ne plus consommer de l'information entropique, mais, considérer la communication

AFFICHAGE
VEUILLEZ PATIENTER

 

 

Merci

 

Terminé

modification du frontispice le :

Je vous adresse une lettre ouverte

 A quoi servent les députés ? À représenter le peuple et voter la loi.
D’où vient alors que l’Assemblée nationale est en crise ?
Élus « godillots » devenus « Playmobil » soumis à l’exécutif, gouvernement qui réduit leur temps de parole et considère le Parlement comme une chambre d’enregistrement, abstention qui atteint un niveau record lors des dernières élections législatives, avec seulement 48,70 % de participation, menaces et violences à l’encontre des députés… Les signaux d’alarme se multiplient. https://www.humanite.fr/assemblee-nationale-que-pensent-les-francais-de-leurs-deputes-728798

LIRE.  Hélène F Victime du nouveau lévothyrox et du pass "sanitaire" mais en bonne santé, je vous remercie.

Contrôler pour exclure

Sans smartphone, ce « gadget de destruction massive » aucun gouvernement n'aurait pu aussi facilement déléguer ses pouvoirs de
police aux restaurateurs, ni ces derniers les mettre en œuvre.
Sans l'addiction entretenue à cette prothèse numérique qui géolocalise et contrôle à des fins commerciales et sécuritaires les citoyenn.(e)s depuis des années, le passe-sanitaire aurait-il été aussi facilement
accepté ? lire

Le scientifique indépendant finlandais Dariusz Leszczynski lance un appel à participer à un projet de recherche sur l'EHS.
Toutes les explications originales peuvent être trouvées ici :
https://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2021/08/13/the-ehs-project-is-the-reason-why-i-called-you-ehs-persons-and-ehs-diagnosing-physicians/

LIRE

EFFETS SUR LA VIE SOCIALE

À L’ISSUE DU DÉPLOIEMENT GLOBAL

DES TECHNOLOGIES DE COMMUNICATION HERTZIENNE

Le problème est que c’est un choix de société qui se joue par le truchement de cette fuite en avant technologique et qui ne fait jamais l’objet d’un débat démocratique. C’est la politique du fait accompli. Le fabricant Ericson estime que la vidéo représente 60 % du trafic mobile en 2018 et qu’elle pourrait atteindre 74 % en 2024. 27 % des vidéos regardées en ligne sont du porno (sur terminal fixe et mobile). N’entendez-vous donc pas les cris d’alarme des professionnels de santé sur l’exposition massive des enfants et adolescents aux écrans ? Cette utilisation fait le gras des opérateurs mais ne correspond pas aux ingrédients indispensables pour une société épanouie et désirable. Nous sommes tous assez intelligentes et intelligents pour conduire nos véhicules, gérer notre eau et notre énergie et tout le reste. Nous n’avons pas besoin de béquilles ou de prothèses artificielles. N’avez-vous pas l’impression de favoriser le déferlement totalitaire qui se fait jour ? La trajectoire anti-sociale et déshumanisante que porte cette digitalisation de la société explique en partie le désespoir de la population. Le sens du déploiement de l’industrie de la communication hertzienne est de faciliter l’élimination du travail humain et de la responsabilité personnelle. L’idée directrice est de supprimer des emplois, de remplacer les interactions et décisions humaines par des logiciels et des automatismes : moins de médecins, d’infirmières, de paysans, de guichets « humanisés », de chauffeurs ….etc ...La perte de sens ressenti par les populations est une catastrophe. L’objectif non affiché est également le contrôle des populations, comme cela a cours en Chine. Pour en savoir plus (faites également vos recherches pour vous faire votre propre idée)

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_grande_r%C3%A9initialisation

https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/08/20/scoop-quest-ce-que-le-great-reset-recherche-vraiment-avec-le-passe-sanitaire/

A l’inverse d’un « progrès », ce projet est clairement porteur de régression si on prend en compte ses effets sur l’environnement, sur la santé, l’emploi et la société. M.C. MONET

Le projet DejaVu

n'est pas une simple pétition

Ce sont aussi des actions en justice

Nos actions collectives interviennent dans le cadre d'un procédé légaliste mais innovant pour lutter contre les risques liberticides causés dans le cadre du projet de “loi sanitaire”.

REVENIR AU MONDE D'AVANT

 

Le plan vendu par les gouvernants s'écroule. La question principale étant de comprendre comment les médias et une partie de la population ont cru à la possibilité tangible d’un retour à la normale, les soignants disent "l'anormal". L’absence de vaccination de masse en Europe en général et en France en propre, une explication pour les uns, le vaccin n'est pas si rédempteur que ça, explication pour les autres, les perspectives évoquées ne sont pas gaies. Le temps de la politique politicienne est en approche, la problématique pandémique passe au second plan. C'est oublier que les listes d’attentes médicales se sont allongées et que des centaines de milliers d’interventions sont en attente. De nombreux blocs opératoires et de lits de réanimation ont fermé faute de personnel. Les soignants auraient-ils posé le bon diagnostic ?  Si la robotique est un plus pour un certain nombre d’interventions délicates même à distance et désengorger le système,  rien ne peut remplacer l'approche holistique du patient. A cela s'ajoute le développement d'une administration puissante,   mille deux cents Agences Sanitaires devenus des empilements bureaucratiques qui emploient plus de 450 000 personnes et coûtent chaque année plus de 80 milliards d’euros. On meurt en France de maladies aiguës ou de soins inadaptés et pour la première fois depuis la guerre l’espérance de vie a reculé d’un trimestre. La médecine en devenant consumériste a perdu son talent. Le médecin n'est plus qu'un agent de santé publique. Prenez rendez-vous sur Docteaulib c'est plus pratique.  la ségrégation sanitaire généralisée se met en place dans une insouciance effrayante (La Démocratie Française n'est pas fatiguée de mouvement, elle est fatiguée d'immobilité) disait J.JAURES, et les mesures de privation de liberté plus classiques risquent de revenir. Fromage ou dessert ou fromage et dessert. Passe ou reconfinement ou… La population est tétanisée par une nouvelle menace pandémique alors que l’activité hospitalière concernant le sars 19, en France en 2020 n’a concerné que 2 % des cas. La peur de la mort violente inhibe l'intelligence de l'individu. L'égalité des citoyens devant le droit, s'évapore. L'effet "cocotte-minute" subit par quelques-uns va éclabousser l'ensemble des sociétés. Bienvenue dans le monde d'a… ? G.O

La déclivité débute en 1980. A suivre sur ARTE

la MRAE causse-comtal.jpg
communique_collect_vallon.jpg

« Du silex au silicium », on connaît ces triomphales trajectoires que les communicants des sciences et technologies, et autres apologistes du progrès industriel, ont coutume de projeter dans leurs livres, expositions, films, conférences, etc. Ces trajectoires se prolongeant vers un infini futur et merveilleux sur l’écran de leurs PowerPoints, grâce à la Transition, qui, pour être « écologique », ne peut être que « numérique ».LIRE

Le coffret numérique contenant toutes vos données de santé est présenté comme une révolution, pour qui ?

"la e-santé  apparaît comme un formidable levier de qualité, de sécurité et d'efficience des soins". Une avancée considérable pour les individus. Rendez-vous médicaux, ordonnances, prises de sang, ce système digital serait déployé le premier janvier 2022. De nombreux médecins pensent que ces dispositifs menacent le secret médical. Quelle serait votre vie si lors d'une visite médicale, il vous est proposé une montre connectée, pouvant mettre en  évidence les probabilités de maladies. (Madame, Monsieur, grâce aux données récoltées par notre système électronique nous vous  informons que vous avez 99% de chance, d'être atteint de la maladie d’Alzheimer après 65 ans).  Cette "santé connectée" pose également des difficultés juridiques quant à la protection de ces données, chacun a droit à la confidentialité.

En août 2021. La plateforme Francetest qui héberge l'ensemble de données traitées via Amazon Web Services (AWS), le service de "nuage" computing d'Amazon patients et qui transfère les données des pharmacies vers le portail national SI-DEP répertoriant les résultats positifs et négatifs des tests, se fait pirater

  700 000 résultats de tests antigéniques et les données personnelles liées.  Le risque existe que des compagnies d'assurance se servent, à terme, de ces données personnelles de santé pour moduler leurs cotisations en fonction des risques, comme elles le font déjà pour les assurances auto (bonus-malus) ou comme le font certaines banques pour les prêts immobiliers. Le spectre du Big Data dont les risques comme les bienfaits ne peuvent plus être ignorés sera toujours présent. Jusqu'à quel point sommes-nous prêts à être observés ?

Plus généralement se pose la question des libertés individuelles structurées. Nous entrons dans un système il-libéral  où toute notion de bien et de mal est soumise à l’appréciation arbitraire et discrétionnaire du gouvernant. En conséquence le passe sanitaire, toujours lui, ne peut être considéré comme un instrument de liberté. La propagande a proposé nombre de carottes mais l'efficacité n'étant pas au rendez-vous, le bâton de la contrainte, devient l'étape suivante. Où est passé l'esprit libéral ?

Les groupes politiques revendiquant cette notion ont pour la plupart préféré ovationner le coup de force autoritaire du pouvoir exécutif. Le passe risque à terme de remplacer  n’importe quel document officiel et risque aussi de devenir non plus la carte d'identité mais le "profil numérique officiel" à déclarer. Il suffira pour n'importe quel acteur public ou privé, d'échantillonner le QR-code afin de connaître les droits de la personne que l’on a en face de soi. Plus de droit universel mais un droit personnalisé, en fonction des qualités et défauts de chacun, ainsi que des comportements symptomatiques et spécificités de chacun. Si nous remettons le contrôle de nos vies, à ce système digital, jusqu’aux moindres détails, nous acceptons un pacte faustien avec le Prince. Des questions essentielles à se poser pour notre équilibre physique, mais également mental. G.O

Comment avons-nous pu arriver à cette situation sidérante, alors que le mot Liberté est écrit en toutes lettres partout où s’affiche la devise de l’État français ?... D’un côté il y a les fausses apparences, ce qu’on essaye de faire croire aux gens, de l’autre la réalité, ce qu’il y a derrière les fausses apparences. Toute l’astuce est de faire en sorte que la réalité n’apparaisse  jamais au grand jour, reste en permanence cachée au regard des citoyens : cachée derrière la façade, les fausses apparences. Pour cela, le Prince dispose d'experts en communication. Cet adage : "lorsqu'une grenouille est plongée dans un récipient d'eau froide et que l'on fait progressivement chauffer l'eau, cette grenouille n'a pas le réflexe de sauter hors du récipient" dénonce plus que jamais le développement de la torpeur au sein des masses. Le   6 octobre 2021, la commission des affaires sociales du Sénat examinait une proposition de loi instaurant la vaccination obligatoire contre le SARS-CoV-2. le rapporteur de la loi, l’ex-vert et sénateur PS de Paris, le docteur Bernard Jomier, a décidé d’amender son propre texte avant le passage devant la commission. Mais l’amendement, bien plus dense que le texte de loi lui-même qui se résume à rajouter « Contre le SARS-CoV-2 » à la liste des 11 vaccins déjà listés comme obligatoires, a rapidement fait le tour des réseaux sociaux et déchaîné une vague de modération de la part des médias sentant ici le sujet diabolique et clivant. Cet amendement assortit la vaccination obligatoire d’une sanction contraventionnelle en cas de non-respect de cette obligation à compter du 1er janvier 2022, afin de donner à l’ensemble des personnes concernées le temps de s’y conformer. Il est ainsi prévu que le non-respect de l’obligation vaccinale sera puni de l’amende forfaitaire prévue pour les contraventions de 4e classe, à savoir 135 euros. En cas de récidive au-delà de trois verbalisations en 30 jours, cette amende sera portée à 1500 euros.  Une fois traduit en 140 caractères, la sortie du docteur Jomier s’est vite transformée en « vaccination obligatoire – 1500 euros d’amende dès l’année prochaine ». Heureusement,  cette proposition de loi, surtout dans sa version amendée, n’a pour ainsi dire aucune chance de voir le jour. Pourquoi ? Mais parce que la vaccination obligatoire tordrait le cou au passeport sanitaire, cheval de bataille pour les prochaines présidentielles. Les esprits éveillés ont bien compris que le passe sanitaire ne garantit en aucun cas l’impossibilité d’une contamination. Même si la vaccination pour certains protège des formes graves de covid, elle n’empêche pas la transmission.

l’État amène ce système sur-administré vers l’abîme. Les médecins sont otages des administrations et des organismes de tutelle, leur carrière dépend maintenant de leur assujettissement.

La vérité est donc ailleurs. Le pays bascule progressivement vers une société de surveillance et les citoyens deviennent aussi bien des suspects potentiels que des vacataires de police. Cette situation ne choque pratiquement  personne, les uns sont  empêtrés dans l'anxiété quotidienne, les autres ont fait leur, l'expression "après moi le déluge". L'eau de la casserole continue de bouillir.  Les instances chinoises ont certainement lu Machiavel. Ils sont allés bien au-delà de ce à quoi on s'attendait dans nos contrées démocratiques. Allons-nous suivre le même chemin ? G.O

Le summum est maintenant l’imposition du pass sanitaire, sésame exclusif d’une vie sociale normale. La mesure marginalise clairement une frange de population devenue des citoyens de seconde zone. Désormais la liberté de circulation sera régie par un laissez-passer sanitaire numérisé, mesure qui laisse entrevoir un monde de demain, dans lequel, outre la santé, d’autres paramètres de notre vie seront à leur tour fichés pour le bien-être de tous ?

C’est là une authentique bascule dans un ailleurs qui est déjà à nos portes. Sera-ce la démocratie de demain avec ses nouvelles normes ? De cette humanité numérisée, produit de la révolution technicienne, l’histoire de la Covid 19 aura en fait ouvert la voie.

P. Touboul Professeur de Cardiologie

 

Le big data contribue à l’affaiblissement des services publics et se nourrit de l’austérité…/… L’affaire est entendue : la prolifération de la surveillance biométrique se nourrira désormais de considérations sanitaires…/…La crise sanitaire s’estompant, une telle infrastructure serait reconvertie à des fins moins avouables de surveillance politique. Crise après crise, à l’ombre de la raison d’État et des partenariats public-privé, la société sécuritaire prospère et installe de nouvelles entraves aux tentatives de transformation sociale. Félix Tréguer Chercheur, membre de La Quadrature du Net, auteur de L’Utopie déchue. Une contre-histoire d’Internet. « Il fut un temps, qui n’était pas le Moyen Âge, où l’on pouvait prendre le train en demeurant anonyme, traverser une ville sans être filmé, se sentir d’autant plus libre qu’on ne laissait derrière soi nulle trace de son passage. Et pourtant, il y avait déjà des enlèvements d’enfants, des attentats terroristes, des épidémies — et même des guerres.» Serge Halimi, lire le Monde Diplomatique, août 2021

La démocratie à Marcillac est dangereusement mise à mal.

 15 organisations s'opposent

à des installations inutiles

La baisse de l'intelligence

est générale en Occident.

Cette baisse, a commencé lors de la révolution industrielle. Depuis le début du XXe siècle, la fréquence des gènes associés au niveau d'éducation diminue à chaque génération. Les fautifs, le déclin des systèmes d’éducation et la destruction des eco-systèmes, relations difficiles à comprendre à première vue pour certains. Depuis une vingtaine d’années, le QI, (une évaluation proposée de l'intelligence) s’est mis à décliner dans les pays occidentaux. Le documentaire Demain, tous crétins ? a pointé les perturbateurs endocriniens provenant des produits chimiques, les cosmétiques et les quantités de médicaments comme les principaux responsables. En résumé, baisse de la qualité du système scolaire,  éducation moins rigoureuse à la maison, moins bonne alimentation, moins d’exercice, exposition aux polluants et perte des facultés cognitives due spécialement à l'utilisation sans réserves du téléphone portable.

C'est le mélange détonant pour les neurones.

L’école est le premier facteur pour expliquer la baisse de l'intelligence collective.

A qui la faute ? A suivre…G.O

L'inconséquence de conduite Les représentants de quinze départements ont adressé vendredi 29 octobre une lettre à Jean Castex, dans laquelle ils s'opposent à la demande gouvernementale de verser le RSA aux travailleurs ayant perdu leur emploie pour cause de non-vaccination contre le Covid-19 , estimant que cette charge incombe à l'Etat.

https://actu.orange.fr/france/rsa-pour-les-non-vaccines-15-departements-refusent-de-payer-la-decision-de-l-etat-magic-CNT000001FZNqD.html

Cinq agents du groupe hospitalier de Bretagne Sud ont contesté ce mercredi 27 octobre 2021 leurs suspensions de fonctions devant le tribunal administratif de Rennes. Elles étaient ce jeudi 28 octobre 2021 toujours dans l'attente de l'ordonnance de la juge.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/node/2006455

Une majorité égarée

A l'heure où le retour à « la normale » est pressenti pour 2023 selon le président du Conseil scientifique, il devient urgent de s'interroger sur les logiques sous-jacentes qui ont amenées à l'imposition du passe-sanitaire et à son corollaire, la vaccination quasi-obligatoire. Le numérique tient un rôle central dans cette dérive. Serge Halimi, rédacteur en chef du Monde Diplomatique va jusqu'à dénoncer une « dictature numérique » : (bienvenue en Chine occidentale (…) nous entérinons plutôt benoîtement l’invasion galopante du numérique et du traçage de nos vies intimes, professionnelles, de nos échanges, de nos choix politiques (…) M. Macron encourage en précipitant le remplacement des interactions humaines par un maquis de sites administratifs, de robots, de boîtes vocales, de QR codes, d’applications à télécharger. Dorénavant, réserver un billet, acheter en ligne, exige à la fois une carte bancaire et la communication de son numéro de téléphone portable, voire de son état civil. Il fut un temps, qui n’était pas le Moyen Âge, où l’on pouvait prendre le train en demeurant anonyme, traverser une ville sans être filmé, se sentir d’autant plus libre qu’on ne laissait derrière soi nulle trace de son passage. Et pourtant, il y avait déjà des enlèvements d’enfants, des attentats terroristes, des épidémies — et même des guerres.») Ajoutons qu'une étude de la Fondation Jean-Jaurès donne à voir une autre logique qui est en affinité élective avec cet autoritarisme technologique. Cette étude nous apprend que l'électorat macroniste rêve d'un « homme fort » et ce dans une proportion bien supérieure (46%) à celle des français. Cet électorat talonne l'extrême droite (54%) en cette vélléité.

Plus largement, la société industrielle est étroitement liée à l'outil de gestion qu'est l'informatique. Ce dernier est tout sauf neutre et comme toute technique, elle « redéfinit toujours les rapports sociaux » selon François Jarrige. "la nouvelle génération qui arrive aux commandes et prescrit les usages est beaucoup plus technophile que par le passé. Pour résumer, je dirais donc qu’il y a une minorité d’enthousiastes, une autre minorité de résistants, mais que l’immense majorité des gens suit le mouvement. Le grand changement, c’est qu’aujourd’hui, la technologie est beaucoup plus prescriptive qu’auparavant : chaque fois qu’on fait face à un problème politique, social ou économique, la solution mise en avant est technologique. Les gens souffrent de solitude ? On répond en développant les communautés virtuelles…" Dès sa conception, l'informatique porte en elle cette tendance lourde qui permet d’accroître les capacités de contrôle sur la société de masse "Les critiques du passe sanitaire dénoncent unanimement un « danger autoritaire ». Assez justement, la CNIL elle-même présente ce danger comme « le risque d’accoutumance et de banalisation de tels dispositifs attentatoires à la vie privée et de glissement, à l’avenir et potentiellement pour d’autres considérations, vers une société où de tels contrôles deviendraient la norme et non l’exception ", afin d'en perpétuer la logique : une logique socialement et écologiquement destructrice. Remettre en cause l'informatisation du monde et la complaisance technophile de tous les partis politiques est un préalable indispensable. Sans smartphone, ce « gadget de destruction massive » tel que décrit par l'association PMO "( Le téléphone portable génère bien d'autres choses que des emplois et de l'or. Non seulement il accélère la destruction de la planète, mais il contribue à la technification totale du monde. Des effets dont jamais les chercheurs du CEA, sous-traitant de Nokia, ne parlent dans leurs conférences mensuelles à la Fnac, ce débitant
de téléphones prétendument "agitateur d'idées" ), aucun gouvernement n'aurait pu aussi facilement déléguer ses pouvoirs de police aux restaurateurs, ni ces derniers les mettre en œuvre. Sans l'addiction entretenue à cette prothèse numérique qui géolocalise et contrôle à des fins commerciales et sécuritaires les
citoyenn.es depuis des années, le passe-sanitaire aurait-il été aussi facilement accepté ?

Nous baignons dans  la société de l'information, si la "communication" semble présente à tous les étages de la société, il suffit de gratter un peu, pour se rendre compte qu'il s'agit le plus souvent d'un simple enduit d'information. Les hauts débits n'assure pas une meilleure communication humaine mais le développement d'une société mercantile. G.O

Quid des changements structurels : moyens pour l’hôpital public, lutte contre la pollution, prévention des maladies environnementales ? Contre le Covid, le gouvernement a préféré tout miser sur la vaccination et le traçage numérique, rage notre chroniqueuse. Pour le bonheur des tenants des industriels de l’e-santé, de l’intelligence artificielle et de la big data.

C’est le 25 février 2021, en conférence de presse, qu’Emmanuel Macron a évoqué pour la première fois l’idée d’un passe sanitaire, et il a eu cette formule étrange : « Les gens s’enregistrent, avec un code, de la manière la plus simple et la plus numérique qui soit. » Dans la « start-up nation », c’est l’évidence. Qu’on parle d’écologie, d’éducation ou d’une pandémie, le numérique est toujours la réponse. Mais il faut se demander quelle est la question.

La question est-elle celle-ci : comment limiter la mortalité et les effets les plus graves de la pandémie de Covid-19 ? Ou serait-ce plutôt : comment la France peut-elle utiliser la pandémie pour conforter son leadership technologique et économique sur la scène internationale ?

En d’autres termes, la politique « sanitaire » du gouvernement (français, mais aussi israélien, chinois, etc.) est-elle une politique de santé publique ou une politique industrielle sur le front stratégique des big data et de l’intelligence artificielle ?

Celia Izoard, journaliste et membre de la revue Z, a fait des études de philosophie et traduit des ouvrages critiques de la technologie moderne, dont 1984, de George Orwell (janvier 2021). Elle est aussi chroniqueuse pour Reporterre

Dans le rapport de la cours des comptes de juillet 2021 il  est mentionné :

le « taux d’occupation des réanimations » présenté par des autorités publiques ou par des sites internet publics à partir des données de Santé publique France sur data.gouv.fr est opaque à trois égards :
- il ne s’agit pas de réanimations mais de l’ensemble des soins critiques
- il s’agit des lits occupés par des patients

« covid », à l’exclusion des autres patients
- surtout, la référence est celle des capacités en soins critiques (ou en réanimation ?)
d’avant crise. Le nombre de lits de réanimation effectivement autorisés et armés n’est jamais publié. (SIC)

1990 La loi française interdit  toute distinction entre les personnes sur le fondement de leur état de santé.

Loi du 5 août 2021 interdiction d’accès à des biens, lieux et services aux personnes ne remplissant pas des critères sanitaires précis.

perte d'esprit critique et

asservissement en occident

au XXI siècle

Cette  habitude dangereuse qui conduit à progressivement  accepter toujours plus de dispositifs de surveillance dans nos vies,

êtes-vous prêts à réduire vos connections grâce à ce qui devient à votre insu votre maître à penser, le téléphone  portable ?

Collecter les données personnelles au nom de la crise sanitaire n’est plus un tabou pour l’État, et celui-ci préconise de mutualiser les fichiers de données par souci d’efficacité de l’action publique. Aucune garantie concernant  ces fichiers à usage sanitaire. Ils peuvent très bien être réaffectés à d’autres usages sécuritaires.F. Maury et P. Chmielnicki ont lancé l’alerte et déposé une plainte auprès de la CNIL, tout en prévenant le Défenseur des droits. Aucune réponse face à ces dérives inquiétantes.

N'oubliez pas votre numéro

Contenu du QR code européen

Préparez les pique-niques

 

  1. notre identité civile est présentée en toutes lettres ;

  2. à l’avènement aucune donnée nominative n’était collectée.  Le QR code correspondait à un identifiant crypté mais avec ce nouveau QR code nominatif, nous entrons un peu plus sous une surveillance à la chinoise ;

  3. troisième phase récupérer les résultats des scans sur un serveur central (juste encore un pas) ;

  4. toutes vos données de santé relatives au covid ;

  5. vaccination, tests ou guérison du covid ;

  6. nombres de doses reçues ;

  7. date des vaccins, des tests ou de la guérison ;

  8. fabricants des vaccins ;

  9. centres de vaccination ;

  10. Ces données peuvent aisément être interprétées à votre insu ;

  11. Les données sont consignées en clair dans le QR code sans aucun chiffrement. Ces données seront lues, par les agents SNCF, par les employeurs, par les restaurateurs, (bon appétit) ;

Pour ce manque total d’anonymat, La Quadrature Du Net avait demandé un référé au Conseil d’État qui a été rejeté…

code barreqrcode2z2.jpg

« Gouverner, c’est mettre vos sujets hors d’état de vous nuire et même d’y penser » disait Machiavel. Si la stratégie vaccinale échoue, reverrons-nous apparaître les techniques archaïques de la coercition, du confinement, des attestations et des libertés restreintes comme au Turkménistan ?

« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres » disait La Boétie,  les Français le désirent-ils encore ? Juillet 2021 le seul choix ?    « Vaccination obligatoire ou re-confinement, exigé par les pouvoirs publics tout en dissimulant l’alternative « ni l’une ni l’autre » pourtant  choisie par nombre de pays confrontés à une augmentation  d’infections. Sans compter que le vaccin fait courir un risque certes faible,  de myocardite et péricardite, mais  à ne pas négliger.  LIRE

La (le) novlangue encadre la pensée

novlangue et propagande

Bien qu’un ensemble de sons ne peut que  trahir une pensée, s’il n’existe plus de mots pour exprimer, sa pensée, elle n’existe plus dans l’espace social. Tout langage est par définition limité. Dans l’entreprise on favorise la langue de bois pour arriver à ses fins, il est nécessaire de décrypter ces échanges entre employeurs et employés, décrypter ce que renferment ces nouveaux mots, découvrir ce que cache cette mutation en « novlangue ». Rappeler que la réduction des « subtilités » du langage (exemple : je suis « trop » content de cette situation à la place de « très »)  dans le « langage  courant » s’accompagne de la réduction des concepts et d’une simplification de la réflexion. Avec la dégringolade de l’esprit et le développement de la « novlangue » disparaît le sens de la nuance, un monde unidimensionnel se dévoile et fait place à une vision  manichéenne de la vie.

G. Orwell comme V. Klemperer ayant vécu des moments de l’histoire particulièrement tragiques, décrivent conjointement le phénomène d’usurpation et de manipulation de la langue par des régimes totalitaires au XX° siècle.  Le rabâchage d’expressions toutes faites, vidées de leur substance, l’emploi de formes syntaxiques, mécaniques, l’utilisation d’un mot pour un autre de manière incessante,  déforment le raisonnement. L’ignorance  des avertissements des chroniques de l’histoire concernant un empire cybernétique effréné est la pire erreur.

Les « Lumières » s’éteignent progressivement au sein de l’Education Nationale, il n’y a plus rien à apprendre des « anciens » à l’ère de la robotique. Malheureusement sans les bases de la culture les générations futures se voient fermer les portes de la compréhension du monde.

Au XXI° siècle l’individu doit faire face à la technicisation de la société. Pour ne citer qu’un exemple, la médecine moderne vise à séparer la compétence des sentiments de l’humain pour ne s’en remettre  qu’à l’efficacité des médicaments.

La propagande d’état donne dans le style « 1984 », en novlangue tout et son contraire sont dits, sortie de crise et mesures liberticides, le pass renforce le pouvoir d’agir... Big Brother est déjà omniprésent oui et le chef est infaillible ah ?!.

Une objection cependant quant à ce qui vient d’être écrit sur le passe ? La CNIL déclare qu’il faudra intégrer un certain nombre de garanties afin de limiter autant que possible la divulgation et la conservation d’informations privées et d’éviter tout risque de discrimination, en raison de l’état de santé…/… et s’assurer du caractère temporaire du dispositif…chiche !  G.O

LA DICTATURE DE L’URGENCE 

Le vingt-et-unième siècle dévoile un contexte où le pronostic vital de l’homme est en jeu.

Le progrès même est contesté. L’auteur de ce livre propose « de tenter de configurer le futur et d’oser le long terme » LIRE

Point de vue d'un élu local

Je m’interroge comme beaucoup sur ce qui motive l’autoritarisme dont use l’exécutif au risque de déstabiliser la paix civile. Notre premier ministre n’a eu de cesse d’alimenter les peurs avec le spectre d’une 4eme vague, c’est à se demander s’il n’est pas prêt à la provoquer. Nous nageons en plein délire avec des mesures toutes plus absurdes les unes que les autres. A l’évidence ce Pass-sanitaire n’a rien de sanitaire, sinon les privilèges d’exemptions accordés à tous les acteurs sensibles ne seraient pas de circonstances. Force de l’ordre, routiers …… Et puis il y a les privilèges accordés pour préserver le chiffre d’affaire des grands distributeurs. Ce clientélisme transgresse l’égalité des droits civils des citoyens. Si la raison commerciale est plus forte que l’urgence sanitaire, il serait peut-être plus approprié que cette privilègiature la nomme Pass-commercial. C’est du grand n’importe quoi !!! Et la colère monte parce que les gens se rendent compte que ce gouvernement fracture le pays et pousse les gens à se battre entre eux pour garder le pouvoir en empilant mensonges sur mensonges jusqu’à l’absurde.

Il est totalement impossible pour un élu local de soutenir cela, les haines nous les voyons monter sur le terrain nous devons lutter pour que la population garde raison alors que l’on nous impose des ordres qui ne visent que leur division.

Les élus locaux se retrouvent pris entre deux feux vulnérables à toutes les attaques des deux côtés.

un conseiller municipal de Dracy lès Couches.

En introduisant le Pass, les vaccinés peuvent circuler librement sans devoir présenter un résultat de test, mais on force les réfractaires au vaccin à aller se faire dépister. On amplifie donc le nombre de tests de manière artificielle, et avec lui le nombre de non-vaccinés positifs mais non contagieux.

Pendant ce temps, les vaccinés contaminés et contaminants vont pouvoir circuler en toute liberté et contaminer vaccinés et non-vaccinés (y compris au sein de l’hôpital!) aussi longtemps qu’ils n’ont pas décidé de se rendre d’eux-mêmes à l’hôpital pour causes de symptômes graves, voire mortels.

Les vaccinés asymptomatiques , mais aussi symptomatiques non médicalisés, vont régulièrement passer entre les mailles du filet. Cela aura pour conséquence de voir des gouvernants vanter les mérites des vaccins, et mettre la pression sociale et la responsabilité de la contamination sur les épaules des non-vaccinés.

La Flamme du pouvoir.  A l’ère des masses, il n'est plus possible de faire de la politique qu’ au travers d'images et de fables et qu’ainsi, pour participer à la communauté, il faut faire le sacrifice de la raison. Sous l’impulsion des nouvelles formalités audiovisuelles, la rhétorique politique a du s’adapter. Ces deux axes, brièveté de parole déterminée par le monde numérique (vite, un touit) et  montée en flèche du marché people, offrent une place trop importante au récit éphémère. La plupart des dirigeants ont aujourd'hui  leur contrée numérique et tout homme ou femme politique peut prendre la parole au travers de réseaux sociaux.  En utilisant ces cadres formatés le discours politique se vide peu à peu de sa conviction. Idéologues, mégalomanes, hommes politiques ou grands patrons n’auraient qu’un seul objectif selon le psychanalyste Jean-Pierre Friedman : conquérir le pouvoir et… l’éternité. Jusqu’à en oublier leurs convictions. LIRE

Plusieurs dizaines de coordinations,

collectifs et associations

décident de signer ce communiqué.

 

Stéphane Lhomme, militant anti-Linky, actif dès les premiers jours de la mise en place de ce projet technocratique, est menacé de prison pour avoir refusé d'être placé sous surveillance électronique.

Pour venir en aide à une personne qui faisait face à la pose d'un appareil Linky à son domicile, il avait subtilisé le boîtier vert durant quelques minutes.

Nous assistons ici à un cas exemplaire qui caractérise le régime totalitaire dans lequel s'enfonce la république française : si vous refusez le contrôle omniprésent vous serez doté d'un bracelet électronique ; si vous dites non à la connexion systématique que met en place le programme Linky, vos déplacement seront surveillés au millimètre.