automate 2019
VEUILLEZ PATIENTER

generation ondes

 

agenda.jpg

EQUILIBRE

l'intoxication des stimulations constantes

 

 

ecologie Science qui étudie les relations entre les êtres vivants

BigData

et inégalités

28ème édition du
Chaos Computing Congress
puissances souscrite
et disponible
plates_formes
de
raccordement

PERVERSION

DE L'IDIOME

Information
éphémère structurante

l'EFFET MELANGE cumulatif

une notion logique difficile a admettre

L'utilisation du téléphone portable nuit à la santé du cerveau

depuis le 31 mai 2011, les radiofréquences sont officiellement reconnues « potentiellement cancérigènes » (catégorie 2B) par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui dépend de l’OMS.

Les effets des radiofréquences sont plus rapides et plus violents.

Puisque nous sommes condamnés à interpréter

 

Ralentir, le clic

prendre le temps d'observer

ce que nous sommes capables de percevoir.

Réfléchir.

Décider.

Agir.

en 1990

Premier téléphone mobile commercialisé en 1983. En 2013, 900 millions de smartphones ont été vendus dans le monde. La France compte aujourd'hui plus de 59 millions de téléphones portables.  47 millions de bornes Wi-Fi publiques  déployées dans le monde en 2014, ce nombre pourrait être multiplié par 7 en quatre ans et dépasser les 340 millions en 2018, soit près d'une borne Wi-Fi pour 20 personnes contre environ une pour 150 personnes en 2014.

Peter Kahn, psychologue de l’environnement, propose l'hypothèse d’une « amnésie environnementale générationnelle »

« Je pense que nous considérons l’environnement naturel dans lequel nous grandissons comme la référence qui nous servira à mesurer les dégradations environnementales plus tard dans nos vies. De génération en génération, les dégradations de l’environnement augmentent, mais chaque génération considère le niveau dégradé dans lequel elle grandit comme un niveau non dégradé - comme un niveau normal. J’appelle ce phénomène psychologique l’amnésie environnementale générationnelle »

Devant l’augmentation exponentielle du niveau d’exposition aux ondes du type hyperfréquences pulsées (téléphonie mobile, DECT, WiFi, etc.), un nombre croissant de personnes cherche à se protéger de ces ondes.
C‘est une nécessité vitale pour les électrosensibles, une mesure de prévention utile pour les autres. La décision de mettre ou non en oeuvre des protections dépend du niveau d’exposition et du niveau de sensibilité. S’il n’est pas possible de supprimer les sources extérieures (émetteurs radio/TV, antennes relais mobiles) on ne peut qu’encourager la réduction des niveaux d’émission et souhaiter la mise en place de nouvelles normes(0,6 V/m voire moins pour les HF). Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le niveau de pollution intérieure (généré par nos propres équipements) est généralement supérieur à la pollution extérieure (antennes).

Le plus grand pollueur est le téléphone sans fil (DECT). Le remplacer par un filaire ou au pire un Eco-Dect de 2eme génération qui rayonne uniquement en ligne, et limiter la durée des conversations avec les sans-fils (quelques minutes). Attention : la fonction Eco-Dect doit être configurée à l’installation (ce n’est pas le cas par défaut !)

La deuxième source de pollution intérieure est le WiFi (Box, PC et tous équipements équipés en WiFi).Le CPL est une mauvaise alternative au WiFi, car il pollue tout le réseau électrique du logement.Utiliser une liaison filaire (plus fiable et plus sure) et surtout désactiver le WiFi sur la Box et le PC. Comme nous sommes soumis aux rayonnements des DECT et WiFi de nos voisins, il est bon de les sensibiliser et les informer sur les solutions de remplacement, dans leur intérêt et le nôtre.

Certains équipements domestiques génèrent également des Hautes Fréquences à proximité,  TV, Ordinateurs (éteindre lorsqu’on ne les utilise pas), ampoules fluocompactes (utiliser de préférence des ampoules classiques, à Leds, halogènes mais sans transformateur à cause de champs magnétiques importants, ou des fluocompactes blindées qui évitent l‘inconvénient des émissions HF).

Des hautes fréquences entrent également dans les logements via les réseaux EDF, téléphone et câble TV. Le Câblage TV véhicule des HF qui sont amplifiées et rayonnées par la TV. Il est préférable de mettre la masse de la prise antenne à la terre et débrancher le câble antenne la nuit. L’éloignement par rapport aux antennes TV/radio (quelques km) ou téléphonie mobile (quelques centaines de mètres et plus en rase campagne) est à prendre en compte lors du choix d’un logement.

Pour la téléphonie mobile, les niveaux d’exposition sont parfois imprévisibles et il vaut mieux effectuer des mesures sur site pour être fixé. En intérieur si on n’a pas supprimé les sources d’émission il faut les éloigner au maximum des lieux de stationnement prolongé et surtout du lit (bases DECT, box WiFi, ampoules fluocompactes, vidéo…) Prendre un bon recul par rapport à la TV (si possible supérieur à 2 mètres) et aux PC, surtout les portables (utilisation d’une souris filaire ainsi qu’un clavier filaire séparé si utilisation fréquente en mode saisie). Supprimer les tablettes sans possibilité de raccordement RJ45. Inutile de parler des montres connectées bien sûr, si utiles pour "surfer" et posées sur votre peau.

Comptez-vous vous faire poser un implant connecté ?

Attention : les TV rayonnent plus vers l’arrière que vers l’avant. Ne pas les placer contre un mur donnant sur une chambre à coucher qui se retrouverait exposée (les rayonnements traversent les murs).

Le boîtier métallique des ordinateurs tours constitue une cage de Faraday à l'inverse des autres systèmes, notebook, tablette, téléphone portable.

vous ouvrez un livre non connecté ? alors à bientôt.

"chaque lecteur est, quand il lit,

le propre lecteurde soi-même.PROUST

une maison commune de plus en plus exiguë en termes de temps et d'espace

PRENONS EN SOIN

NUL NE PEUT FUIR

témoins de notre propre sort

Je pense que notre responsabilité sociale c’est de vivre ici, maintenant et de contribuer à la joie des vies de ceux qui nous entourent. Comme dans une situation d’hospice.
Je crois que nous devrions être les témoins de notre propre sort, ainsi que ceux des nombreuses espèces que nous faisons disparaître.
 
 
 
La croissance linéaire vectorisée, opposée à la croissance circulaire naturelle pour en réalité s'enfermer dans le monde de l'illusion ce que nous constatons chaque jour dans notre société du virtuel, cette croissance aveugle est à déposer dans les poubelles de l'histoire avant qu'elle ne provoque l'effondrement des civilisations. Souhaiter résoudre le changement climatique sans admettre que notre foi en la croissance en est la cause première relève de l'utopie et toutes les technologies dites vertes, consommatrices également d'énergie, n'y pourront rien. 
L'hystérie du "nouveau", égare la raison des apôtres du numérique.
Mais, après l'ivresse du paradis électronique vient le temps des blasés. Internet n'est pas capable d'extraire les sociétés de l'indigence. Les comportements du mouton de Panurge conservent de beaux jours devant eux. Le prince observe une situation désopilante, les rênes du pouvoir sont conservées, du "bon côté".

La prise de conscience est obligatoire. Le monde que l'on connaît se transforme sous nos yeux. Fonte des glaces au Pôle Nord, migrations des populations du sud, disparition de certaines espèces animales, les dérèglements climatiques ont dorénavant des conséquences extrêmes. Le 28 août 2018, quoi qu'il en soit, le ministre de la transition écologique et solidaire a mis à son tour un autre coup de projecteur sur la situation climatique. Pour le moment, ce sont les pays abritant les populations les plus vulnérables de la planète qui souffrent le plus des inondations et des séismes. A titre d'exemple en août 2017, des inondations catastrophiques avaient fait plus de 500 morts et plus de 800 disparus en Sierra Leone.

Nous ne sommes plus dans le catastrophisme, mais dans le constat de faits irrémédiables. Il s'agit de comprendre que le seul remède est la responsabilisation de chaque individu.

Il est urgent de poser le bon diagnostic, comprendre que l'ère industrielle, l'ère numérique, comme toutes celles qui les ont précédées se fondront dans l'histoire, dans cet ensemble d'étapes de l'humanité.
Les humains ont éradiqué 60% des populations de mammifères, oiseaux, poissons et reptiles en 50 ans. La responsable de la biodiversité de l'ONU a déclaré que si nous n'agissons pas, nous pourrions être la première espèce à documenter sa propre extinction ! 

De plus, je pense que nous nous devons de ne pas faire empirer les choses pour les autres espèces de la planète. Il semblerait que nous ayons plongé dans l’abîme, mais nous n’avons pas à emporter toutes les autres espèces de la planète dans notre chute. Mes propos sont corroborés par  des organes reconnus.

Je ne pense pas que les gens aient des problèmes avec la NASA, ou la revue Nature, ou Science, ou l’Académie nationale des sciences… Ce que je rapporte provient de sources légitimes et assez connues comme la NOAA [National Oceanic and Atmospheric Administration -Administration Nationale Américaine des Affaires Océaniques et Atmosphériques] et d’autres sources liées à la NASA.

Guy McPherson professeur émérite en ressources naturelles, en écologie et en biologie de l’évolution, de l’université d’Arizona.

"Il y a  d'ors et déjà pléthore d'éléments techniques interconnectés, la nature se chargera de rappeler à nos bons souvenirs que la connexion primordiale se construit avec le vivant et son environnement"

Sans le réveil de la passion pour le patrimoine naturel et l'abandon de grands projets inutiles, la répétition d'épisodes d'intempéries extrêmes aura raison du concept "villes intelligentes compactes" à l'image d'une idée jacobine.

visiteurs

statique
0 4 8 1 2 9 5 3
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now