Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs les Elues, Elus,  Madame, Monsieur,

 

Rennes a fermé l'accès de son rapport "Mission 5G" à l'ensemble des communes de Rennes Métropole, ce que nous considérons comme une erreur à tout le moins un péché d'orgueil.

Afin de vous informer au mieux de ce que nous savons et nous échangeons comme informations avec des Scientifiques indépendants, des Médecins, des Cancérologues, des experts indépendants (associations non financées par les lobbies) nous vous communiquons ce que nos voisins Nantais ont fait et transmis à l'ensemble des 24 communes de Nantes Métropole.

Cette contribution est le fruit d'échanges nourris et représente une synthèse des enjeux qu'il nous faut tous avoir à l'esprit.

Comment ne pas voir que l’intensification du numérique fortement encouragé comme une

solution magique au nom d’un sacro-saint « Progrès » en perte de sens civilisationnel complet ( et qui n’est devenu que technique ou technoscientiste) ne va pas aujourd’hui dans le sens du bien-être et de la justice sociale.

 Nous y joignons 3 autres documents tout aussi sérieux d'études et de traductions d'études sur les effets des ondes sur l'être humain, notamment les effets du CPL Linky sur les organismes sains et diabétiques.

 L’association entre une exposition aux rayonnements électromagnétiques artificiels Hautes et Basses Fréquences et l’évolution de l’état des diabétiques ou des sclérosés (SEP) est un fait acquis qui a été démontré sans équivoque dans de nombreuses études scientifiques

On constate que le nombre de jeunes de moins de 10 ans qui souffrent de diabète de type 1 est en forte augmentation constante puisqu’il a doublé ces 15 dernières années…/…

 Le CPL est associé à une augmentation de l'incidence de cancer  

 

Il est plus que temps et encore temps, en conscience de faire et d'orienter vos choix dans la bonne direction, non pas celle du toujours plus, mais aussi de la sobriété non soumise au diktat du tout connecté (l'exemple du projet de Rennes et de ses poubelles connectées est représentatif d'une orientation inutile... ce n'est pas à celui qui subit de faire les efforts mais à ceux qui nous empoisonnent d'arrêter de nous empoisonner, moins d'emballage en amont=>moins d'emballage en aval, et cela coûte 0 au consommateur  ! et pas besoin de 3G/4G et encore moins de 5G pour cela), enfin n'y a t il pas d'autres urgences et priorités ?!

collectif Stop-Linky à Pont-Péan

 

Les preuves de la nocivité des champs électromagnétiques pulsés s'accumulent. Les gros mensonges industrio-politico-médiatiques aussi (cf. les déclarations de Cédric O sur les ondes).

Pour transmettre les résultats de la science indépendante au plus grand nombre, il nous reste nos ordinateurs...et notre bonne volonté !

Merci de diffuser largement ce message.
Bien cordialement,

N. ROULON


Concernant les téléphones portables les recherches indépendantes progressent et confirment qu'ils détruisent lentement le cerveau des adultes et rapidement le cerveau des enfants et des adolescents.

                                                   

Une récente étude pilotée par Ronald L. Melnick pour le compte du gouvernement américain a alerté l’Académie américaine de pédiatrie pour resserrer les recommandations qu’elle faisait aux parents concernant l’usage du cellulaire par leurs enfants - ainsi que par eux-mêmes. Cette étude a stupéfié de nombreux sceptiques - dont ceux du NTP (National Toxicology Program) qui prétendait les portables (GSM) inoffensifs, et qui ont alors fait un virage à 180 degrés.
L’American Cancer Society a reconnu la valeur scientifique de cette étude, et le magazine Consumer Reports la juge assez révolutionnaire pour désormais recommander à son lectorat de se protéger de ce type de Radio Fréquence.

 

En effet, l’étude révèle hors de tout doute, que ces radiofréquences micro ondes (autour de 2,4 Giga Hertz) causent les mêmes types de tumeurs chez les rats que celles dont l’incidence est plus élevée chez les humains qui collent leur GSM à l’oreille 30 minutes par jour en moyenne au bout d’une durée de 10 ans. Evidemment, les risques augmentent encore en fonction de la dose d’exposition.

A noter que l’étude du NTP est déjà dépassée et ne pourra pas être répliquée, puisque l’exposition correspondait à la technologie de deuxième génération (2G ou GSM pour Global System for Mobile Communications) employée il y a 17 ans, c’est-à-dire au moment de la conception de l’étude. Avec les nouvelles technologies (UMTS pour Universal Mobile Telecommunications System), on arrive déjà à la 5G, ce qui inquiète encore davantage les experts.

 

Mille fois moins puissante que la technologie 2G, la 3G présente pourtant trois fois plus de risque de développer un gliome, (forme très agressive de cancer du cerveau).

 

"La puissance moyenne du rayonnement 2G/GSM est 1.000 fois plus élevée que celle des téléphones cellulaires modulés 3G/UMTS) de troisième génération  et pourtant, pour 100 heures d’utilisation, le risque de cancer du cerveau par l’utilisation d’un téléphone cellulaire 3G/ UMTS est 3,4 fois plus élevé que l’utilisation de 2G" - c’est ce que nous a expliqué par courriel Lloyd L. Morgan, survivant du cancer du cerveau, chercheur à l’Environmental Health Trust et directeur représentant des patients au registre national américain des tumeurs.

 

L’affiche présentée à la conférence BIOEM 2016 illustrait qu’après 3.000 heures d’utilisation cumulative, le risque de cancer du cerveau d’un téléphone G3/UMTS est de 4 fois la normale, alors qu’avec un téléphone 2G/GSM le risque est de 1,5 fois. Mais comment une puissance 1.000 fois plus faible peut-elle causer un risque plus élevé ? Explication probable : "la modulation UMTS inhibe les gènes de réparation de l’ADN endommagé."

Recommandations de l'AAP

Face à l’étude du NTP, l’American Academy of Pediatrics (AAP) dit s’inquiéter du fait que des enfants de plus en plus jeunes adoptent le cellulaire alors que leur corps et leur intellect sont en plein développement. Ronald L. Melnick affirme : "Pour les enfants, les risques de cancer du cerveau sont bien supérieurs à ceux des adultes en raison d’une plus grande pénétration et absorption du rayonnement du téléphone cellulaire dans leur cerveau, et parce que leur système nerveux en développement est beaucoup plus sensible".

L’AAP rappelle que la norme fédérale américaine (de la Federal Communications Commission ou FCC) limitant le rayonnement des téléphones cellulaires n’a pas été mise à jour depuis 1996. Cette limite autorisée aux États-Unis, de 1,6 W/kg, vise seulement à prévenir l’échauffement des tissus du corps d’un adulte et non les effets non thermiques comme les dommages à l’ADN et le cancer. "Les crânes des enfants sont plus minces et peuvent absorber plus de rayonnement." Voici les nouvelles mesures de sécurité recommandées par l’AAP qui déconseille leur usage par les tout-petits :

  • Maintenez le cellulaire à au moins 3 cm de votre tête durant une conversation.

  • Utilisez la messagerie texte autant que possible, sinon téléphonez en mode haut-parleur ou avec un kit filaire mains-libres ou Blue tooth.

Nota :

A ce sujet, il se colporte que les ondes WIFI se propagent dans les écouteurs mains libres – C’EST FAUX et techniquement impossible vu que les écouteurs ne fonctionnent que dans la bande auditive c'est-à-dire 20 Kilo Hertz (20 000Hz) maxi ce qui n’a  rien à voir avec la bande de 2,4 Giga Hertz (milliards de Hertz). Par ailleurs le Blue Tooth émet un signal très faible qui porte à 1 mètre maximum face au signal initial qui porte à des dizaines de km. Donc le Blue Tooth "dangereux" est aussi FAUX. (affirmations discutables, par contre scientifiquement, voir les normes du protocole BlueTooth)  N.R

 

les conseils

  • Faites seulement des appels courts ou essentiels sur le cellulaire.

  • Évitez de transporter votre téléphone contre le corps, comme dans une poche, une chaussette ou un soutien-gorge. Sinon, les fabricants de cellulaires ne peuvent pas garantir que la quantité de rayonnement que vous absorberiez ainsi sera sécuritaire.

  • Si vous envisagez de regarder un film sur votre appareil, téléchargez-le d’abord, puis passez en mode avion [le seul qui élimine toute émission de RF] pendant que vous le visionnez, afin d’éviter l’exposition inutile aux radiations.

  • Gardez un œil sur l’intensité du signal (le nombre de barres affichées). Plus le signal est faible, plus votre téléphone émet de rayonnement et plus votre exposition augmente. Mieux vaut attendre que le signal soit plus fort avant d’utiliser votre appareil.

  • Évitez de faire des appels dans les voitures, les ascenseurs, les trains et les bus. Le téléphone cellulaire travaille aussi plus fort pour communiquer à travers le métal, alors son niveau de puissance augmente.

 

Les gliomes en hausse

Pour minimiser les risques de l’utilisation du téléphone cellulaire, les critiques - qui sont souvent en conflit d’intérêts car ils sont financés par l’industrie - affirment souvent que l’incidence globale des tumeurs cérébrales est stable. C’est faux ! Le Dr Adlkofer souligne "L’incidence du cancer augmente de 1 à 2 % par année chez les enfants depuis 30 ans et celle des glioblastomes hautement mortels, augmente sans cesse dans la population générale depuis la fin des années 1980 (de 3,1 % par année aux Pays-Bas entre 1990 et 2010 et similairement aux États-Unis, et pour des cancers localisés principalement dans le lobe frontal, le plus exposé aux ondes des cellulaires)".

 

De plus, selon l’oncologue et épidémiologiste suédois Lennart Hardell, en Suède, les tumeurs cérébrales de type inconnu ont augmenté de 157 % de 2008 à 2013, prouvant que les registres de tumeurs s’avèrent incomplets et peu fiables. Ce médecin est l’auteur des études les plus connues sur le sujet qui ont contribué au classement 2B des radiofréquences. Il a notamment découvert que les gens qui utilisent le cellulaire de manière intensive avant l’âge de 20 ans vont jusqu’à multiplier par 5 leur risque de cancer du cerveau.

 

Aujourd’hui, le Dr Hardell affirme, tout comme plusieurs autres experts dont l’ancien patron du NTP, Chris Portier, qu’il faut reclasser les RF comme cancérogènes 2A. L’opinion de Hardell n’est pas à prendre à la légère : depuis la fin des années 1970, les fabricants de l’agent orange, des BPC (biphényles polychlorés) puis du glyphosate (Roundup) avaient aussi critiqué ses études sur la toxicité de ces produits, mais l’histoire lui a donné raison. Son avis sur le 2A est aussi partagé par le Dr Anthony B. Miller, directeur de l’unité d’épidémiologie à l’Institut national du cancer, à Toronto, de 1971 à 1986.

 

Si ces avis ne vous suffisent pas encore, vous pouvez vous fier à la législation française sur l’exposition aux CEM et aux consignes de sécurité des fabricants de cellulaires qui recommandent de NE JAMAIS LE TENIR CONTRE VOTRE CORPS.

 

Sources : Microwavenews

microwavenews.com/news-center/ntp-cancer-results

 

Nota : aucune assurance ne couvre ce risque – concluez vous-même.
A bon entendeur…!

LETTRE DE SOUTIEN DU PROFESSEUR ADLKOFER

 

Le Professeur Franz Adlkofer a coordonné l'étude européenne REFLEX concernant l'impact des champs électromagnétiques sur la santé, étude qui a engagé 12 équipes de chercheurs provenant de 7 pays différents. Il a fait parvenir à l'association Une terre pour les EHS le courrier suivant :

 

"Le 12 juillet 2011

 

Il est tragique que des milliers d’Européens qui souffrent des effets des champs électromagnétiques (CEM) soient considérés comme atteints de maladies mentales simplement parce que la science n’est pas encore capable de comprendre les mécanismes de base qui conduisent à l’électrosensibilité. Les médecins qui sont consultés par un nombre croissant de personnes dont les symptômes n’entrent dans le cadre d’aucune pathologie connue se sentent aussi démunis que leurs patients. Ces derniers vivent des souffrances qui ne peuvent plus être ignorées. Après des dizaines d’années de contrôle de la recherche sur les champs électromagnétiques par l’industrie et les politiciens au service exclusif de leurs propres intérêts, la connaissance scientifique au sujet des risques possibles des CEM pour la santé est encore relativement pauvre. Ces lacunes des connaissance actuelles sont utilisées pour commettre des injustices envers les personnes atteintes d’électrosensibilité.

 

Ne pas comprendre les mécanismes pouvant provoquer l’électrosensibilité ne signifie en aucun cas que ce phénomène est un produit de l’imagination. D’autant qu’il est bien connu que les champs électromagnétiques basses et hautes fréquences génèrent des effets biologiques sur des cellules humaines isolées bien au-dessous des normes de sécurité. Les effets tels que des modifications dans l’expression des gènes et des protéines et des dommages à l’ADN pourraient déséquilibrer le métabolisme des cellules et des organes, contribuant ainsi au développement de maladies. La science est pour le moment incapable d’expliquer les mécanismes profonds des effets biologiques promus par ces radiations. Admettre quelque effet potentiel que ce soit sur la santé – même démontré – au-dessous des limites de sécurité reviendrait à démolir les normes actuelles. Pour des raisons économiques, l'industrie et les politiques ont tout intérêt à maintenir la réglementation en vigueur et ils refusent toujours de reconnaître l'existence d'effets biologiques bien au-dessous des limites de sécurité.

 

A partir de ce que nous savons déjà, nous devons conclure que nos sociétés sont tenues de prêter assistance aux personnes affectées par les symptômes de l’électrosensibilité pour qu’elles vivent aussi normalement que possible. Un environnement où elles sont protégées de ce type de rayonnements – si c'est encore possible – est le moins que nous puissions leur offrir. Selon la loi fondamentale en vigueur dans les démocraties européennes, il ne semble pas acceptable que les bénéficiaires de cette technologie fassent d’énormes profits alors que le fardeau qui en résulte est abandonné sur les épaules d’une minorité malchanceuse.

 

Franz Adlkofer"

 

Les champs électromagnétiques existants

ont des conséquences désastreuses pour tout le vivant.

 

Les champs électromagnétiques existants (téléphones portables, téléphones DECT, antennes-relais, WIFI, lignes à haute tension...) ont des conséquences désastreuses pour tout le vivant, des humains (note 1) aux végétaux (note 2) en passant par les animaux, dont les insectes (note 3). Pendant ce temps-là, au lieu de limiter la prolifération des ondes nocives - dont seuls les effets thermiques sont pris en compte par une législation inadaptée -, nos instances dirigeantes s'orientent vers le déploiement de la 5G à marche forcée.

 

Non seulement Monsieur Macron a balayé d'un revers de main la demande de moratoire formulée par la Convention citoyenne sur le climat, contrairement à l'engagement qu'il avait pris, mais encore la Commission européenne ne respecte pas ses propres règles puisqu’elle n’a pas mené d’étude sur l’impact biologique et sanitaire de la 5G. De la même façon, les opérateurs de téléphonie mobile refusent d’effectuer des tests d’innocuité. Voici comment Anne Pereira, membre de l'Anses, justifie cette situation: "Les études scientifiques viendront après le déploiement. On peut le déplorer, mais le temps de la science n'est pas celui des innovations technologiques" (Dernières Nouvelles d'Alsace du 18 septembre). Comme s'il n'était pas envisageable de réaliser des études et des tests préalables ! Un rapport de l'Anses doit être remis en 2021, mais on peut d'ores et déjà en subodorer la teneur quand on connaît les liens qu'entretiennent la majorité de ses membres avec l'industrie. Il existe pourtant en France un organisme de recherche sur les ondes indépendant et compétent: le Criirem...

 

Une fois de plus, on fait de nous des cobayes sans nous demander notre avis, et sans tenir aucun compte de celui des scientifiques non inféodé.es aux groupes industriels. Pour ne pas laisser un club de "technolâtres" irresponsables sacrifier notre santé, notre sécurité et notre environnement sur l'autel du progrès (qu'ils et elles confondent avec l'innovation), soutenons la résistance par tous les moyens légaux possibles (pétitions, lettres aux élu.es, manifestations...)!

La prochaine Journée mondiale de protestation contre la 5G (5G Global Protest Day) aura lieu le samedi 26 septembre (www.stop5ginternational.org).

 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour visionner le film de Nathalie Barbe sur les effets des ondes sur les animaux de la ferme (52 min.).

https://www.france.tv/documentaires/societe/1951509-agriculteurs-sous-tension.html

 

N. Roulon

 

1) L'Appel international des scientifiques contre la 5G s'appuie sur des milliers d'études démontrant la nocivité des champs électromagnétiques pulsés pour les humains : www.5gspaceappeal.org

2) Une étude réalisée par l'équipe du professeur Gérard Ledoigt à Clermont-Ferrand a établi que les plants de tomate fabriquent des protéines de stress lorsqu'ils sont exposés aux ondes du téléphone portable dans les mêmes conditions que les humains.

3) Voir les travaux du pionnier Ulrich Warnke sur les abeilles, et la méta-analyse présentée dans la pièce jointe.

 

 

Sciences-Tech.

Les smartphones joueraient un rôle dans la mortalité des insectes

Les portables pourraient jouer un rôle dans la mortalité des insectes.

Le rayonnement des téléphones portables pourrait être une des causes, avec l'usage de pesticides et la déforestation, de la mortalité des insectes en Europe, selon l'analyse de plus d'une centaine d'études menée par une ONG allemande.

L'exposition croissante de l'environnement aux rayonnements électromagnétiques a "probablement une influence sur le monde des insectes", estime cette analyse, publiée jeudi, des données de 190 études menée par l'Association allemande pour la conservation de la nature (NABU) en collaboration avec deux ONG allemande et luxembourgeoise.

Cette analyse intervient au moment où l'Europe prépare l'arrivée prochaine de la technologie 5G, qui doit proposer un débit 100 fois plus rapide que celui des réseaux 4G existants et suscite de nombreuses mises en garde, en particulier des écologistes.

Perte d'orientation

Quelque 60% des études montreraient notamment, selon ces ONG, des effets négatifs sur les abeilles, les guêpes et les mouches.

Ces effets indésirables vont d'une perte de la capacité d'orientation due aux champs magnétiques à la détérioration du matériel génétique et des larves.

Le rayonnement des téléphones portables et des réseaux sans fil tels que le wifi provoquerait en particulier chez les insectes l'ouverture des canaux calciques des cellules, entraînant une importante introduction d'ions calcium dans l'organisme.

Rythme jour-nuit perturbé

Ce calcium à forte dose déclenche des réactions en chaîne chez les insectes et un "stress cellulaire", selon l'étude.

Parmi ces réactions figureraient "une altération du sens de l'orientation et une diminution de la capacité de reproduction". "Le rythme jour-nuit est perturbé et le système immunitaire est mal activé", soulignent en outre les auteurs du rapport.

afp/gma

 

Année 2020 - faisons la différence, ensemble !

Avant toute chose - un grand merci aux particuliers, associations ...

et collectifs qui soutiennent ce projet !

brochureLink.jpg

Six mois après sa parution, plus de 13 000 livrets d'information "Linky Non Merci" ont été diffusés aux quatre coins de la France auprès des collectifs non Linky mais aussi des particuliers, associations et lieux alternatifs

brochureLink.jpg

Avec l'arrivée de la 5G, des villes pilotes de la smart-city, et la pression de plus en plus forte d'Enedis sur les particuliers, le combat s'intensifie et l'information auprès du public reste plus que jamais d'actualité.

Dans ce sens nous pensons à une réimpression de la brochure que nous voulons réaliser cette fois-ci grâce à l'auto-financement. Nous remercions de ce fait les collectifs qui aujourd'hui versent un petit quelque chose en plus des frais d'envoi. Cet argent vient s'ajouter aux ventes et servira à financer les futurs livrets.

Pour l'heure, les brochures restent gratuites pour les collectifs afin de soutenir leurs actions sur le terrain ! Elle reste à 1 € pour les particuliers et associations.

Nous vous souhaitons plein de force, de solidarité, et de victoires collectives
pour construire un monde plus libre et humain...
!

 

Bonjour à tous,

En cette fin d'année l'association Perdons pas le Fil édite un calendrier électro-conscient.

Un bon moyen d'avoir de l'information claire sur les champs électromagnétiques et savoir comment s'en protéger au quotidien chez vous et à l'extérieur (compteurs Linky, ondes, portables, wifi, câbles électriques etc.).

L'occasion aussi de diffuser autour de vous ce calendrier (ou de l'offrir) pour sensibiliser vos proches, vos amis, vos parents etc...

Avec un beau support ludique, où l'info est à coté de jolis paysages des Pyrénées, de la côte et d'illustrations avec notre mascotte féline, c'est accessible et sympathique.

Nous abordons, page par page, mois par mois la question du portable, du wifi,

de l'installation électrique, des ampoules basse consommation,

de la protection des enfants etc...

A travers l'achat de ce calendrier, vous soutenez l'association, qui vient en aide aux personnes EHS, sous forme d'assistance téléphonique, de conseils et promeut la création de zones blanches pour accueillir ces personnes.

Les fonds récoltés grâce à vous vont nous servir à lancer et à soutenir un projet de structure d'accueil en zone blanche dans les Pyrénées porté par Perdons pas le Fil Zone Blanche. (plus d'info via l'enregistrement en PJ ou via ce lien :

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-07h50/roussillon/l-invite-de-07h50-du-vendredi-16-decembre-2016 ).

On a besoin de vous. Pour aider les personnes électro-sensibles.

Pour être co-acteurs de la diffusion de ce message de prévention à travers le support du calendrier.

Pour ce qui est de l'aspect pratique : le calendrier est au format A4, se suspend au mur, on peut écrire dessus, et pour ceux destinés au 66  : il y a une liste des magasins Bio et Nature du département, avec leurs coordonnées en dernière page.

Le prix du calendrier est de 10 euros. (frais d'expédition à ajouter, si envoi postal, voir pièce jointe).

Ce calendrier a été entièrement réalisé par des personnes Electro-Hyper-Sensibles :

prise de photos, montage, graphisme, illustrations etc...

Vous trouverez en pièce jointe un aperçu.

Pour les habitants des Pyrénées Orientales les calendriers sont disponibles dans les magasins Bio et Nature du département (Perpignan et cie) figurant dans la liste ci-dessous (en fin de mail). Vous pouvez aller les prendre directement dans tous ces magasins pour 10 euros l'unité.

Pour les personnes résidant en région Parisienne vous avez la possibilité de récupérer les calendriers sur Vincennes, en ajoutant simplement 30 centimes par calendrier pour la participation aux frais d'envoi, auprès d'Hélène, la graphiste EHS qui a réalisé le calendrier. Vous pouvez prendre contact avec elle par mail :  helenegense@gmail.com


Possibilité pour les personnes résidant en Ariège de récupérer des calendriers directement sur place auprès d'Anne-Laure Mager :

contact par mail : mager.anne_laure@yahoo.fr

 

Pour les personnes des autres départements : vous pouvez commander les calendriers directement auprès de l'association à contact@perdonspaslefil.org (frais d'envoi à ajouter, à partir de 2,80 euros, voir en PJ). Vous pouvez en prendre pour vous et vos proches, pour les relayer, les redistribuer etc... (de 3 à 11 exemplaires les frais d'envoi sont identiques),

Le porte à porte marche assez bien d'après les premiers retours.

On compte sur vous !

Bien cordialement,

Anne-Laure Mager

Présidente de Perdons pas le Fil

 

À quoi servent les TURPE ?

 

 

L’acheminement, le raccordement, les compteurs  sont payés par une partie de nos factures d’électricité au réseau public de distribution de l’électricité qui sont des missions de service public. Mis en place par la loi n°2000-108 du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l'électricité, le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité (TURPE) sert à rémunérer les gestionnaires de réseau de transport et de distribution d'électricité (ENEDIS [ERDF], ELD et RTE).

Il a un impact très significatif sur la facture d’électricité des Français puisqu’il peut en représenter jusqu’à 46% du montant final.

 

La production et la fourniture d’électricité sont des activités en situation de libre concurrence : plusieurs opérateurs peuvent développer des projets de centrales de production d’électricité et chaque consommateur peut librement choisir son fournisseur d’électricité. En revanche, la gestion des réseaux de transport et de distribution d’électricité est toujours en situation de monopole. Elle est assurée par des entités dédiées.

Pour les clients domestiques et les petits professionnels, le TURPE est facturé par les gestionnaires de réseaux aux fournisseurs d’électricité qui répercutent sur leurs factures le TURPE au consommateur final.

Le TURPE est identique chez tous les fournisseurs pour une même consommation issue de compteurs de mêmes caractéristiques.

 

Le coût moyen du TURPE dépend également de la puissance souscrite.

 

 

L'Association Zones Blanches dont vous avez sûrement entendu parler se mobilise pour créer un lieu d'accueil médico-social pour les personnes électro-hypersensibles et chimico-sensibles dans un lieu dénué de champ électro-magnétique dans les Hautes-Alpes. Ce lieu permettra d'héberger et de loger des personnes EHS et MCS, de leur offrir un accompagnement médical et d'installer un centre de recherche européen sur l'électro-hypersensibilité.

Le projet se concrétise et, pour affiner l'offre qui sera proposée, nous avons besoin de l'avis du maximum de personnes concernées.

Cette étape est primordiale afin d'obtenir les autorisations et les financements nécessaires à l'aboutissement de ce projet qui permettra à des dizaines de personnes qui sont aujourd'hui dans des situations désespérées d'avoir enfin un lieu de vie.

Nous comptons sur vous pour remplir le questionnaire en pièce-jointe et pour l'envoyer à toutes les personnes EHS et/ou MCS que vous connaissez !
Vous pouvez également le remplir en ligne sur ce lien : https://assozonesblanches.typeform.com/to/p9eKuJ

Et le télécharger ici :
http://poem26.fr/Docs/2017/Questionnaire%20EHS%20Durbon.pdf

 

Nous avons également besoin de fonds pour lancer le projet. Si vous souhaitez nous donner un coup de pouce, vous pouvez nous envoyer un chèque à l'ordre de l'association ou bien souscrire directement sur cette plateforme : https://www.helloasso.com/associations/association-zones-blanches/

Vous pouvez nous renvoyer le questionnaire directement par mail ou bien par la poste à l'adresse :
Michèle Rivasi
Présidente de l'Association Zones Blanches
9 Avenue du champ de mars
26 000 Valence

Nous vous remercions infiniment pour votre aide !

Bien à vous,

L'équipe de l'Association Zones Blanches

 

la technologie filaire est la seule à pouvoir répondre aux exigences de suivi de la consommation, en temps réel, sur le réseau et à garantir l’innocuité sanitaire.

 

 

1- « Les compteurs n’émettent pas plus de 5 secondes par jour, soit moins de 0,01% du temps de la journée, donc ce n’est pas dangereux.’’

Argument : faux pour 3 raisons :

  • A) Il ne s’agit pas d’une émission journalière d’une durée de 5 secondes mais bien de milliers de pulses émis dans la journée.

En effet les modules radio clipsés sur les compteurs émettent selon le modèle toutes les 8 secondes, 15 secondes ou plus, de manière chronique, et répétée par pulsations. C’est ce mode d’émissions couplé aux fréquences utilisées (autour de 800 MHz, comme la 4G), particulièrement bio-actives, qui est dommageable sur le plan sanitaire. C’est grâce à ce mode démission, par pulses, que la consommation d’eau est suivie en temps réel, et qu’une fuite sur le réseau peut être détectée. On comprend bien, alors, en toute logique, que si le compteur n’émet que 5 secondes par jour, d’un coup, comme les opérateurs de l’eau le laissent entendre, aucune fuite d’eau ne peut être décelée.

  • B) Les fameuses 5 secondes d’émissions par jour annoncées sont données pour un seul compteur.

Or, là encore comme pour toutes les autres pollutions électromagnétiques il faut tenir compte de toutes les sources de pollution, donc pas d’un seul compteur en particulier, mais de tous les compteurs télé-relevés. En effet, une émission toute les 15 à 20 secondes par compteur signifie que l’environnement est pollué par plus de 4 000 pulses (pics d’émission et d’intensité) par émetteur et par jour. Par exemple 45 000 compteurs pour l’Agglo de Perpignan : ça donne une idée de la densité du brouillard électromagnétique dans lequel les citoyens baignent jour et nuit. Pour l’ensemble du parc de compteurs, les émissions couvrent alors plus de 200% du temps sur 24 heures (car tous les compteurs n’émettent pas leur pulses en même temps, pour éviter les interférences).

  • C) Le fonctionnement de ces compteurs nécessite la mise en place d’un réseau d’antennes pour les relever.

Pour que les données, envoyées par les compteurs, soient acheminées jusqu’au central de réception des informations, des répéteurs sont utilisés. Ces répéteurs sont installés tous les 50 m environ, dans les rues, et ils émettent encore plus fort que les compteurs eux-mêmes.

Ce sont de nouveaux émetteurs / récepteurs qui sont installés dans l’environnement. Ils peuvent utiliser différents types de technologie sans fil. Par exemple fonctionner en wifi, via leur propre réseau, ou utiliser le réseau de la téléphonie mobile. Dans ce dernier cas, ils communiquent avec les antennes relais. Dans tous les cas, ils augmentent considérablement la pollution électromagnétique au niveau d’un quartier, d’une ville etc….

Et de fait, en augmentant les besoins en ressource des réseaux, ces compteurs contribuent à l’ajout de nouvelles antennes relais.

En résumé : Il suffit de savoir quel modèle est installé et de chercher la fiche technico-commerciale sur internet, pour constater que le module, lui-même, émet des ondes toutes les x secondes. On ne peut pas le stopper : il enregistre et envoie les données de façon discontinue, mais tout au long de la journée.

Ce sont des pulses d’émissions courts mais extrêmement fréquents et sur des fréquences préjudiciables pour la santé car particulièrement bio-actives. Fréquences classées en catégorie 2B (probablement cancérigène pour l’homme) par l’OMS depuis 2011 et pour lesquelles plus de 5000 études internationales attestent de la toxicité sanitaire.

( source : http://www.justproveit.net/studies)

 

2 – Les opérateurs de la distribution de l’eau parlent d’une puissance très faible de 25 mW* pour ces compteurs. Très faible selon eux comparée à celle du téléphone portable.

Mais 25mW est ce si faible que ça ? Si l’on convertit en Volts par mètre, ça donne quoi en sortie du compteur ?

Eh bien 25 mW ça correspond à 8 V/m à la sortie ; et à 1 mètre de l’émetteur à 1V/m. C’est-à-dire qu’on est bien au dessus des niveaux jugés acceptables par le Conseil de l’Europe (résolution 1815 de 2011), et qu’il faut être à plus de 5 mètres du compteur pour être dans des valeurs jugées acceptables, sur le plan sanitaire. Rappelons que toutes ces ondes (radioélectriques) sont classées au niveau de l’OMS comme potentiellement cancérigènes, en catégorie 2B, au même titre que l’amiante et le plomb.

Un aspect aggravant et amplificateur des émissions : le Plomb, justement, est encore parfois illégalement présent dans les canalisations des réseaux d’alimentation en eau potable mais aussi et surtout chez les particuliers. Cette structure métallique des canalisations amplifie alors le signal, et outre sa toxicité biochimique le plomb ajoute donc une toxicité bio-électromagnétique non négligeable.

* il existe plusieurs types de compteurs : celui-ci est le plus souvent cité par l’opérateur dans sa communication pour dire ‘’circulez y a rien à voir’’.

3 – Selon les opérateurs de l’eau, toujours, ces compteurs contribueraient même, de par leur extrême parcimonie d’émission, à diminuer l’exposition du public, là encore la comparaison au téléphone portable en terme de puissance et d’éloignement des personnes est de mise

A) ‘’On ajoute des ondes mais ça permet de diminuer votre exposition’’ !!!!!

On vient de le voir, le ‘’Plus on en met, plus ça limite’’ ne tient pas la route 2 secondes. Outre leurs propres émissions, ces compteurs contribuent à l’implantation de nouvelles antennes : donc à une augmentation certaine et non négligeable du brouillard électromagnétique. Il s’agit donc d’un sophisme scandaleux que de prétendre qu’ils permettent une exposition diminuée de la population.

B) La distance des compteurs par rapport aux personnes garantirait l’innocuité du dispositif

Pour les distributeurs de l’eau il est facile d’oublier que les assurances refusent de couvrir ce type de dispositifs en terme de dommages sanitaires. De plus, dire que les gens ne sont jamais à proximité des compteurs est totalement faux. Qu’ils soient sur les paliers dans les immeubles, dans les jardins ou sur les trottoirs ces compteurs sont dans des lieux où nous passons quotidiennement du temps :

  • en marchant dans la rue tous les 5 ou 6 pas, nous sommes sur un compteur,

  • lorsque nous discutons avec nos voisins de palier ou devant chez nous, nous sommes à côté de ces compteurs,

  • lorsque nous sommes dans la salle de bain, nous sommes à côté d’un compteur.

  • lorsque nous jardinons, nous sommes à côté de ces compteurs ;

  • et quand nos enfants sont en train de jouer dehors, faut-il délimiter une aire de 5 mètres, autour des fameux compteurs, pour qu’ils ne soient pas exposés à des valeurs plus élevées que ce que recommande le Conseil de l’Europe ?

Au regard de tous ces éléments, la technologie filaire est la seule à pouvoir répondre aux exigences de suivi de la consommation, en temps réel, sur le réseau et à garantir l’innocuité sanitaire.

Les compteurs communicants en filaire c’est possible, pour l’électricité, comme pour le gaz, comme pour l’eau en s’en donnant les moyens.

Entretien avec Blanche Magarinos-Rey, avocate spécialisée en droit de l’environnement.

 

Le déploiement des compteurs Linky sans le consentement des personnes est une atteinte au droit des personnes de disposer de leurs données personnelles.

Il est essentiel que les personnes ne laissent pas leurs habitudes de vie ou leur comportement personnel être profilés et exploités sans leur consentement. C'est un choix de société qu'il leur appartient de prendre et dont ils sont pour l'instant scandaleusement exclus LIRE la suite...

Conférence avec Monsieur Stéphane Lhomme, élu de la première commune "Refus Linky" de Saint-Macaire (Gironde)

 

Conseiller municipal, citoyen et père de famille, je demande solennellement le retour sur la page de Promotelec de la mention du risque d'incendie, mais aussi le lancement d'une campagne officielle d'information sur les risques d'incendies du fait de la pose du Linky et enfin, je saisis mon avocat pour déposer plainte pour la mise en danger de la vie d'autrui délibérée que constitue la censure de la page de Promotelec. Promotelec (qui regroupe diverses grosses structures du bâtiment et de l'électricité… dont EDF et Enedis !) concernant les graves risques d'incendies causés par la pose des compteurs Linky, Promotelec a publié le 25 mai un communiqué de "mise au point", dénonçant une prétendue "désinformation"… tout en censurant discrètement dans le même temps sa propre alerte aux risques d'incendies.
 En effet, avant cette intervention, la page de Promotelec consacrée au Linky  expliquait que, suite à la pose du Linky, "dans les cas où les sections de câbles ne sont pas adaptées aux nouveaux réglages, des accidents (feu) peuvent se produire le jour où le particulier fait la demande auprès d'Enedis d'augmenter la puissance de son compteur à distance".

La réalité de cette mention est vérifiable sur le "cache" des moteurs de recherche. S. LHOMME conseiller municipal.

le Maire maintient sa position

 

A Castres avait été pris l'été dernier un Arrêté de réglementation du déploiement des Linky (le modèle Artemisia mentionnant notamment le respect du refus individuel).

Après recours gracieux puis contentieux d'Enedis et de la préfecture entre septembre et novembre dernier, l'Arrêté a (évidemment ?) été suspendu en référé devant le le TA de Toulouse début décembre (action de la préfecture avec le soutien d'Enedis).

 

Sauf que : le Maire maintient sa position et vient de prendre, en date du 10 janvier, un nouvel Arrêté,  ci-joint, pour info et inspiration pour d'autres communes.

Vous pouvez en parler, vous saisir de cet exemple...: que les élus se rendent bien compte : devant un tel dossier, ils risquent plus à ne rien faire, qu'à tenter quelque chose.

 

collectif Tarn sud,

 

soubresauts positifs

s

AMENDEMENT N°71

présenté par

M. Prud'homme, Mme Autain, M. Bernalicis, M. Coquerel, M. Corbière, Mme Fiat, M. Lachaud, M. Larive, M. Mélenchon, Mme Obono, Mme Panot, M. Quatennens, M. Ratenon, Mme Ressiguier, Mme Rubin, M. Ruffin et Mme Taurine

 

Après le deuxième alinéa de l’article L. 341‑4 du code de l’énergie est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« Il ne peut être procédé à une installation de compteurs dits « intelligents », tels les compteurs nommés « Linky », « Gazpar » et équivalents, sans le consentement exprès et écrit des personnes dont les le compteur permet de collecter de de transmettre des informations relatives à sa consommation. Toute installation réalisée sans ce consentement est constitutive d’un délit d’atteinte à la vie privée tel que prévu à l’article 226‑4 du code pénal. »

Opinion émise en 2008

Le problème avec le CPL c'est que ceux qui écrivent les articles ne sont pas toujours des techniciens, ils recopient ce que leur disent les fabricants, ou résument d'autres articles. Je suis d'accord avec un autre post qui parle de désinformation. On doit informer mais il ne faut pas entraîner les gens vers ces techniques en leur faisant croire que c'est super.  Cette technique est "mort né" malgré les efforts de communication que peuvent faire les fabricants. Pour que le CPL fonctionne vraiment bien sans perturber les autres et sans se faire perturber, il faudrait que les fils électriques soient blindés un peu comme du câble antenne !
Restons en Wifi (nous en revenons aujourd'hui et pour cause voir les conséquences sanitaires) ou mieux lorsqu'on le peu, en filaire. Hormis exception qui confirme la règle, Le CPL sera toujours trop cher pour la qualité et le débit fourni. Laissez tomber !

Consultation unilatérale, comment retourner la doxa.

 

Sur l'efficacité de la chaise vide, on ne peut qu'émettre des réserves. La politique de la chaise vide ne paie que rarement. Devant un "vide" on rédigera une conclusion unilatérale.

Le rapport de forces n'est pas un atout dans cette affaire. Lorsque des échanges ont lieu, l'un des trois points qui ont provoqué la genèse de ce(ces) mouvements à savoir la nocivité des ondes ne fait pas l'unanimité au sein de la population, (nous sommes des rétrogrades pour ne pas dire ringards). L'argument est pauvre mais bien présent dans les esprits.

Nous rencontrons également une situation pire, l'indifférence.

Certes, le fait que cette "consultation" soit si fortement encadrée en termes de représentation et de temps prête à sourire, le mot est faible et ne présage pas forcément d'une issue favorable.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la démocratie n'a jamais été si bousculée depuis que les marchés se sont immiscés dans les arcanes du pouvoir.

Il resterait si l'entrevue "bipartite" se déroulait, à informer de la façon la plus large la population sur les conclusions.

Le talon d'Achille reste pour la plupart des associations l'expression des convictions dans l'opinion.

Il est difficile d'affirmer de manière péremptoire que la participation à une consultation probablement dévoyée soit une posture de cautionnement. L'essentiel est de faire entendre un autre son, tout en restant à peu prêts unis sur les grandes lignes, dans les manifestations. Le consensus n'implique pas un comportement jacobin, mais pas plus que girondin.

Pourtant, on ne traite pas d'une préoccupation sociétale aussi grave en quelques minutes entre un jus d'orange et un café.

Les cabinets de consultations en communication seraient naïfs de penser qu'une démonstration sophistique suffira à occulter un véritable problème de société. G.O.